Retour sur le site meilleurtaux.com

Les Pays-Bas sont à nouveau contraints de réduire la production de gaz naturel du gisement de Groningen

Deux tanks de gaz visibles sur un désert.

Les Pays-Bas sont désormais contraints de réduire la production de gaz naturel du gisement de Groningen. Une décision jugée inéluctable suite aux récents tremblements de terre secouant la partie Nord-est du pays. Des séismes qui sont directement liés à la baisse de pression provoquée par l’exploitation de ce champ gazier.

L’Europe devra bientôt s’adapter à une baisse en matière d’approvisionnement de gaz naturel. Tout simplement parce que son troisième plus grand producteur gazier est contraint de réduire son niveau de production à travers le ralentissement des exploitations auprès de Groningen, le principal site d’exploitation des Pays-Bas.

D’ailleurs, Nederlandse Aardolie Maatschappij BV (NAM), l’exploitant du gisement a déjà annoncé des mesures allant dans ce sens concernant différents points du champ en notant que cette décision donne suite à un séisme survenu le 8 janvier dernier. Un tremblement de terre d’une magnitude de 3,4 qui tire sa force au cœur même de ce site d’exploitation que les Français appellent parfois Groningue.

La tendance est à la baisse pour la production

Exploité depuis 1963, le gisement gazier de Groningen continue d’approvisionner les nations européennes. À travers un simple comparatif Gaz, l’on pourrait même découvrir que les Pays-Bas détiennent la troisième marche du podium dans ce domaine après la Norvège et le Royaume-Uni et qu’ils peuvent aussi se targuer d’être le 3ème fournisseur de la France.

La preuve que cette nation joue un rôle déterminant dans ce secteur. Toutefois, force est de constater que la tendance est à la baisse en ce qui concerne sa production depuis des années en passant de 42,5 Gm3 (milliards de m3) en 2014 à 21,6 Gm3 en 2017. Et d’après Éric Wiebes, nouveau ministre en charge de l’énergie, la descente devrait continuer dans ce sens en faisant valoir que :

La production serait réduite autant que possible d’ici à 2021.

Éric Wiebes

Soit à hauteur de 20 milliards de m3 si l’on croit les recommandations de Nederlandse Aardolie Maatschappij BV qui a d’ailleurs profité d’un récent communiqué pour faire savoir qu’il allait procéder à :

Une baisse globale de la production avec l’arrêt de l’exploitation en différents points du champ.

À noter qu’actuellement, le gaz naturel issu du Groningue représente près de la moitié de la production gazière des Pays-Bas pour lui permettre d’assurer 35,7% de sa consommation d’énergie primaire. Ce qui fait de ce site le centre d’exploitation le plus important du pays qui compte quelques centaines de petits champs à son actif dont la majorité est située en Mer du Nord.

La baisse de production est forcée

D’après l’exploitant NAM, le gisement de Groningen dispose encore de volumes significatifs de gaz naturel que les Pays-Bas pourraient encore exploiter au maximum. Mais comme susmentionnée, la production est à la baisse et devrait encore se réduire suite à des décisions gouvernementales.

À noter cependant que les autorités publiques du pays y sont forcées face à un phénomène quelque peu inquiétant. Celui qui met en avant une série de tremblement de terre de faible magnitude, mais assez proche de la surface pour causer des dégâts importants auprès de la population.

Et d’après les constats, l’exploitation du Groningue y est pour beaucoup puisqu’après l’extraction du gaz, elle crée une baisse de pression qui engendre par la suite un séisme.

Une situation qui s’est d’ailleurs produite le 8 janvier dernier dans le nord-est du pays où se trouve ce gisement en provoquant un séisme d’une magnitude de 3,4 pour contraindre le ministre de l’Énergie à prévoir une nouvelle réduction de la production à 20 Gm3 d’ici l’an prochain. À l’exploitant NAM d’expliquer la raison menant à une telle décision :

Une réduction de 10% de la production gazière du champ pourrait empêcher deux ou trois tremblements de terre d’une magnitude d’au moins 1,5 chaque année.
Pourquoi payer plus cher ?
Quelles offres souhaitez-vous comparer ?
Electricité Gaz Internet
Je compare
Je compare les tarifs