Retour sur le site meilleurtaux.com

Prix du kwh d’électricité

Prix kwh électricité

C’est un secret de Polichinelle : l’énergie constitue l’un des postes de dépenses les plus lourds à supporter pour les particuliers français. Il faut dire que le prix du kwh n’a cessé d’augmenter ces dernières décennies. Pour limiter les frais et choisir un fournisseur d’électricité compétitif, il est donc essentiel de mieux comprendre comment sont fixés les tarifs et de faire jouer la concurrence.

Le prix varie en fonction de la puissance du compteur

Lorsque l’on souhaite maîtriser son budget énergétique, mieux vaut parfaitement choisir la puissance de son compteur électrique, qui impacte chez certains fournisseurs fortement le prix du kWh d’électricité. Dans un souci de transparence, notons que chez d’autres fournisseurs, le prix de l’électricité ne varie pas en fonction de la puissance du compteur. C’est alors le tarif de l’abonnement qui s’en trouvera impacté.

Sachez que le prix de l’abonnement détermine la partie fixe que vous aurez à payer tous les mois. Le prix du kWh renvoie quant à lui au coût de la consommation énergétique réelle, qui constitue la part variable de votre facture d’électricité.

Exprimée en kW ou en kVA, la puissance d’un compteur correspond à la consommation maximale d'électricité possible à un instant T. Plus cette puissance sera élevée, plus facilement le consommateur pourra utiliser de façon simultanée ses appareils électriques. Quand la puissance maximale est dépassée, l’installation disjoncte.

9 paliers de puissance électrique sont aujourd’hui proposés aux particuliers. Ils s’étendent de 3 kVA à 36 kVA.

Puissance du compteur

Caractéristiques du logement

3 kVA

- Les studios et les logements dont la superficie n'éxecede pas 30 m².

- Équipement électromènager limité.

6 kVA

- Les logements d'une superficie comprise entre 30 et 60 m² chauffés à l'électricité.

- 2 ou 3 pièces.

- Utilisation électroménager classique.

9 kVA

- Les grands logements tout électriques d'une surface supérieure à 85 m².

- Correspond à la puissance minimale pour utiliser une pompe à chaleur.

12 kVA et supérieur

- Les logements tout électriques d'une superficie supérieure à 150 m².

- Les habitations disposant d'une piscine chauffée ou d'un climatiseur.

Bien choisir son option tarifaire

Le prix du kWh dépend en grande partie de l’option tarifaire choisie lors de la souscription au contrat énergétique. En France, 3 grandes catégories d’abonnement doivent être distinguées.

Le tarif Base

Dans ce type d’abonnement, plébiscité par environ 50 % des Français, le prix du kWh est stable au cours de la journée et ne varie pas selon le mois de l’année. Le prix de l’abonnement augmente néanmoins en fonction de la puissance du compteur. L’avantage évident de cette option ? Sa facilité d’utilisation !

L’option Heures Pleines-Heures Creuses

Dans ce type d’abonnement, le prix du kWh fluctue selon les heures de la journée. Durant les heures pleines, l’électricité est ainsi proposée à un tarif plus onéreux qu’elle ne l’est dans le cadre de l’option Base. Durant les 8 heures creuses de la journée, qui correspondent le plus souvent à la nuit, l’électricité est facturée à un tarif moins élevé.

Uniquement réservée aux foyers ayant un compteur d’une puissance minimum de 6 kVA, cette option est généralement associée à un prix d’abonnement supérieur à celui de l’abonnement classique. Elle pourra cependant s’avérer intéressante pour les foyers d’actifs capables de planifier leur consommation selon les plages horaires les plus avantageuses de la journée.

L’option Tempo

Commercialisée par EDF, l’option Tempo fait varier le prix du kWh en fonction des périodes de l’année. Dans ce type d’abonnement, les tarifs sont très onéreux pendant 22 journées de l’année (les jours rouges), moyennement chers 43 journées (les jours blancs) et très compétitifs le reste du temps (les jours bleus). Une distinction heures pleines et heures creuses s’applique en outre pour chacune de ces classifications.

L’idée défendue par le fournisseur historique est très simple à comprendre : réguler les pics de consommation en encourageant les particuliers à moins consommer lors des périodes de pointe.

Pourquoi faire jouer la concurrence ?

Longtemps monopole d’EDF, le marché énergétique français est ouvert à la concurrence depuis 2007. Les particuliers ont aujourd’hui la possibilité de se fournir en électricité auprès du fournisseur de leur choix, en fonction de leur budget et de leurs besoins. 2 options s’offrent à eux.

Le tarif réglementé

Fixé par arrêté ministériel sur avis de la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE), le Tarif Bleu d’EDF reste l’option majoritaire des Français, puisque près de 75 % d’entre eux continuent d’acheter leur électricité auprès du fournisseur historique. Une domination étonnante lorsque l’on sait qu’EDF propose son électricité à des tarifs plus onéreux que beaucoup de ses concurrents.

Les tarifs libres

ImportantLe prix de ces abonnements est déterminé par le fournisseur lui-même. Le plus souvent, les tarifs d'électricité sont indexés à la baisse sur les tarifs proposés par EDF.

Dans des cas de figure plus rares, ces offres permettent aux particuliers de profiter de conditions tarifaires fixes pendant une période contractuellement définie, qui s’étend le plus souvent sur 12, 24 ou 36 mois. En matière de budget et de visibilité, l’avantage est ici évident.

Il est très facile de comprendre pourquoi les fournisseurs énergétiques alternatifs sont aujourd'hui en mesure de commercialiser des abonnements aux conditions plus avantageuses que celles proposées par EDF. Ces derniers ne produisent en effet pas eux-mêmes leur électricité, mais l’achètent directement auprès du fournisseur historique. Ils n’ont donc pas à répercuter sur le prix du kWh les coûts d’entretien et de structure liés à la production de l’énergie.

Pourquoi payer plus cher ?
Quelles offres souhaitez-vous comparer ?
Electricité Gaz
Je compare
Je compare les tarifs