Retour sur le site meilleurtaux.com

Moscou et Kiev ont enfin trouvé un terrain d’entente pour garantir l’approvisionnement gazier de l’Europe

Raffinerie de pétrole, produit chimique & usine pétrochimique

À quelques jours à peine de la date butoir de leur contrat qui devrait prendre fin le 31 décembre 2019, la Russie et l’Ukraine ont finalement réussi à trouver un terrain d’entente. Celui qui permettra à l’Europe de profiter encore des produits gaziers russes pour cinq années de plus et qui, par la même occasion, a évité une guerre ouverte entre Moscou et Kiev dans ce domaine.

Le tête-à-tête entre les présidents ukrainien et russe Volodymyr Zelensky et Vladimir Poutine qui s’est tenu le 9 décembre dernier semble porter les résultats attendus, alors que tout portait à croire que les négociations entre les deux pays allaient se solder en échec.

Ainsi, tout indique que la décision de Washington de bloquer le chantier du gazoduc Nord Stream 2 a, en partie, aidé ces deux nations à trouver une issue favorable à un litige qui a duré depuis 2014. À travers l’Ukraine, la Russie pourrait désormais continuer d’approvisionner l’Europe de ses produits gaziers pour les cinq années à venir en notant que chaque partie a finalement trouvé son compte.

Un sujet épineux a été écarté

Gaz, ce mot fait la une des actualités ces dernières années et notamment au cours de ce mois de décembre de 2019. Tout cela, parce que depuis 2014, il fait l’objet d’un litige entre deux nations, la Russie et l’Ukraine.

Mais aux dernières nouvelles, tout indique que ce sujet épineux a été écarté puisque les deux parties ont trouvé un moyen de régler le problème, alors que 31 décembre, la date butoir des négociations approchait à pas de géant au risque d’entrainer les parties prenantes dans une guerre du gaz.

À noter cependant que ces nations avaient intérêt à trouver un accord même si leur chance d’y parvenir était plutôt minime. La possibilité de bénéficier d’une ressource financière non négligeable pour le Kiev.

La continuité de ses activités d’approvisionnement gazier européen pour Moscou en notant que dans ce domaine, ce dernier détient déjà le tiers de la part du marché. Et ce, en fournissant au Vieux Continent 200 milliards de m3 de gaz par an. Un engagement qu’il prévoit de renforcer annuellement à hauteur de 100 milliards de m3 d’ici 2040.

Un nouvel accord a fait son entrée

Maintenant que ce sujet épineux embarrassant la Russie et l’Ukraine a été écarté, il a laissé place à un nouvel accord qui a fait son entrée à peine quelques jours avant la fin de l’actuel contrat liant les deux parties.

Moscou, à travers Gazprom peut désormais continuer ses activités en tant que principal fournisseur de gaz de l’Europe pour les cinq prochaines années en faisant de la frontière ukrainienne sa porte d’entrée. Et il faut dire que pour en arriver là, chaque partie a dû donner du sien.

Pour le Kiev par exemple, il tablait pour une clause qui pouvait s’étendre sur une décennie, mais s’est vu contraint de se contenter de la moitié, alors qu’il doit également se résoudre à clôturer toutes les poursuites judiciaires l’opposant à Moscou sur le front gazier.

Quant à ce dernier, il a enfin accepté de régler ses dettes et pénalités envers l’Ukraine pour une somme totale de 2,9 milliards de dollars suite à la condamnation de la cour d’arbitrage de Stockholm de l’année dernière. À préciser que jusqu’ici, la Russie refusait de répondre à cette obligation. À Vladimir Poutine d’en expliquer la raison en faisant valoir lors de sa récente rencontre avec Volodymyr Zelensky que :

« La décision de la cour de Stockholm est politique ».

Vladimir Poutine.

Ainsi, les principaux obstacles au rapprochement de ces pays ont été éliminés pour permettre aux Russes de continuer d’approvisionner l’Europe en s’engageant à garantir un volume minimum de 65 milliards de m3 dès 2020 pour ensuite relever ce quota à 40 milliards de m3 les quatre années suivantes.

Archives

20202019
Pourquoi payer plus cher ?
Quelles offres souhaitez-vous comparer ?
Electricité Gaz Internet
Je compare
Je compare les tarifs