Le Danemark abandonne les hydrocarbures

Abandon Danemark hydrocarbure

Le Brexit propulse le Danemark au rang de premier producteur d’hydrocarbures de l’UE. Le pays se déclare néanmoins prêt à arrêter ses extractions de pétrole et de gaz en 2050 pour respecter ses engagements dans la lutte contre le réchauffement climatique. Il s’agit du deuxième pays de l’UE, après la France, à annoncer la fin de ses exploitations en hydrocarbures.

Atteindre la neutralité climatique en 2050

Si la France se fixe comme objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2040, le Danemark, pour sa part, envisage d’y parvenir en 2050. Ce pays scandinave est ainsi prêt à renoncer à son titre de premier producteur d’hydrocarbures de l’UE, une décision prise suffisamment à l’avance pour permettre aux industriels présents en mer du Nord de gagner en visibilité.

Important Le Danemark figure parmi les principaux fournisseurs de gaz de l’UE. En revanche, le pays importe du pétrole depuis deux ans.

Initié par l’exécutif, cet abandon des hydrocarbures a été approuvé par la majorité parlementaire. Il est interprété comme un grand progrès vers la neutralité climatique. Le pays se donne ainsi trois décennies pour remplir cet objectif.

Fin des octrois de licences

Ce tournant historique s’est matérialisé par l’annulation de l’appel d’offres pour l’octroi des licences d’exploration d’hydrocarbures dans les eaux territoriales du Danemark. Seule la compagnie pétrolière Total avait notamment manifesté son intérêt. Le groupe français est le plus grand opérateur local depuis le rachat de Maersk Oil & Gas il y a trois ans.

Les compagnies opérant dans les eaux danoises ont bien accueilli cette initiative. D’ailleurs, elles ont toujours la possibilité de renouveler leurs permis d’exploration et de production dans leurs zones d’exploitation, voire de l’étendre aux blocs mitoyens.

En 2019, la production journalière du pays atteint les 100 000 barils de pétrole et 3 milliards de m3 de gaz. Les analystes anticipent une hausse de la production jusqu’en 2025, pour ensuite entamer une baisse progressive jusqu’à l’expiration des licences en cours vers 2040.

D’ici là, l’État danois prévoit de mettre en œuvre des plans de reconversion pour les 20 000 salariés, directs et indirects, du secteur. Des projets de capture et stockage de carbone bénéficieront également du soutien de l’administration.

Je compare les tarifs