Est-il possible d’unifier les réseaux de transport de l’électricité et du gaz ?

Deux pipelines de gaz devant une tour à haute tension.

L’acheminement de l’électricité et du gaz en France pourrait se faire via un seul réseau si l’intention d’unir EDF/RTE et Engie se concrétise. Pour l’heure, la possibilité de finaliser ce projet soutenu par le président de la CRE (Commission de régulation de l’énergie) et par les syndicats demeure infime.

En effet, si RTE milite pour la mise en place d’un réseau unique, sa maison mère EDF ne cache pas sa réticence. De son côté, Engie se montre peu enthousiaste à cette idée de peur de voir ses marges se réduire, alors qu’elle parait séduisante pour GRT Gaz. Différentes sources ont indiqué que la CDC, à la fois porteurs de parts chez RTE et chez GRT Gaz, n’est pas contre ce rapprochement.

Je compare les fournisseurs d'énergie

Engie encore réticente à une alliance avec EDF

Pour Engie, l’alliance des deux réseaux de distribution signifie une perte de contrôle de ses marges étant donné qu’il sera minoritaire dans cette nouvelle structure.

Le gestionnaire du réseau d’électricité RTE se montre en revanche enthousiaste, en particulier, son numéro un François Brottes.

ImportantCe dernier voit dans ce projet l’opportunité d’optimiser le dispositif de stockage de l’électricité : convertir le surplus d’électricité en hydrogène via le réseau de gaz et retransformer ce stock en électricité au moment des pics de consommation.

Engie et EDF figurent parmi les principaux fournisseurs de gaz en France, mais les consommateurs ont le choix entre plusieurs offres.

Chacun peut trouver la formule correspondant le mieux à ses besoins en recourant à notre comparateur de gaz.

La direction d’EDF peu convaincue par ce rapprochement

Si les syndicats d’EDF sont persuadés de l’importance de ce projet, le grand patron Jean-Bernard Levy n’est pas du tout d’accord avec eux. Au sein des pouvoirs publics, les avis sont également partagés : le secrétaire général de la Présidence, Alexis Kohler, est réfractaire à cette idée, tandis que le ministère de la Transition écologique semble être séduit.

En dépit de cette divergence d’opinions entre les parties prenantes, le numéro un de la CRE conserve son optimisme. Il a néanmoins déclaré que

Le dossier n’est ni mûr, ni mort.

Alexis Kohler

Je compare les tarifs