L’UE va sécuriser son approvisionnement énergétique

Carburant GPL débardeurs et ingénieur pétrochimique

Face à la flambée des prix de l’énergie aggravée par le conflit en Ukraine, l’UE a décidé de sécuriser son approvisionnement énergétique. Cela passe par la mise en place d’une stratégie visant à se passer du gaz naturel russe.

Selon l’accord trouvé par les institutions européennes, cette stratégie mise sur la diversification des fournisseurs, mais aussi et surtout, sur la constitution d’une réserve de gaz en prévision des besoins en hiver.

Je compare les fournisseurs d'énergie

Obligation de remplir les réservoirs à plus de 80 %

Ainsi, chaque État membre doit réapprovisionner son stock de gaz à plus de 80 % avant le début du mois de novembre. Le volume devrait augmenter à 90 % dès l’année prochaine.

Ceux, dont la capacité de stockage est plus faible, sont tenus de sécuriser leurs réserves via des accords de solidarité avec d’autres pays. La charge financière relative au remplissage du stock obligatoire devra dans ce cas être partagée entre les signataires de l’accord.

Cette obligation de stockage de gaz naturel devrait s’appliquer jusqu’en 2025 et les États membres sont incités à diversifier autant que possible leur approvisionnement.

D’autre part, tous les opérateurs de système de stockage doivent être certifiés en vue de protéger les infrastructures d’entreposage critiques contre d’éventuelles influences extérieures.

Important Pour la France, l’Allemagne, l’Italie, les réservoirs de stockage sont actuellement remplis à plus de 40 % (respectivement 44 %, 42 %, 45 %). L’Espagne a une longueur d’avance par rapport aux autres pays membres avec un niveau de remplissage à 65 %.

Afin de pouvoir réaliser des économies, les ménages peuvent moduler leurs consommations, mais avant cela, il convient d’effectuer une estimation consommation gaz. Cette opération aidera à déceler les pistes d’économies et identifier l’offre la plus adaptée à son usage.

Je compare les fournisseurs d'énergie

Diversifier l’approvisionnement en gaz

Afin de réduire au minimum sa dépendance au gaz russe, l’UE va diversifier son approvisionnement en augmentant les importations en provenance des États-Unis, du Qatar, de l’Azerbaïdjan, de Norvège ou encore de l’Algérie.

Outre cela, l’Europe va également doubler son objectif de production annuelle de biométhane (ceci devrait alors atteindre 35 MMC par an à l’horizon 2030), et développer la filière hydrogène vert en misant sur la production locale, mais aussi sur l’importation depuis d’autres pays que la Russie.

Je compare les offres