Vers une limitation des impacts climatiques du gaz naturel à New York

plaque de cuisson

Les énergies sont un mal nécessaire. Elles sont au centre de la plupart des activités économiques et du quotidien des ménages. Cependant, elles ont des impacts sur le changement climatique. La ville de New York s’est prononcée en faveur de l’environnement, grâce à une loi réduisant l’usage des sources d’énergie accélérant ce phénomène.

Les énergies ont toujours tenu une place prépondérante dans toute l’histoire de l’humanité. Aux fonctions primaires, pour le chauffage et comme source de lumière, d’autres utilisations se sont ajoutées au fil du temps. De même, les sources d’énergie évoluent et changent.

Les combustibles solides et liquides ont été progressivement délaissés au profit du gaz. Ce dernier reste pourtant une source énergétique par combustion. C’est donc un polluant. De plus, le gaz naturel disponible sur le marché est du méthane, un gaz à effet de serre. Son impact avéré sur le changement climatique a incité plusieurs pays à adopter des résolutions sur la réduction de son usage.

Je compare les fournisseurs d'énergie

La mobilisation autour de la problématique du méthane rencontre des oppositions

Plusieurs experts soutiennent actuellement que le gaz naturel, a fortiori le méthane qui est très présent sur le marché, n’est pas une source d’énergie propre. Au contraire, comme tout gaz à effet de serre, il favorise le changement climatique et son impact climatique est plus brutal que celui du carbone. Un fait qui a été présenté lors du sommet climatique COP 26 de Glasgow, en Écosse. Plus d’une centaine de pays, convaincus de son bien-fondé, prendront les dispositions nécessaires sur leurs territoires respectifs pour remédier à la situation. Celles-ci impacteront leur estimation consommation gaz.

Les États-Unis font partie des pays susmentionnés. New York a adopté un projet de loi limitant l’usage du gaz et des combustibles fossiles dans les nouveaux bâtiments. Elle fait pourtant partie des villes les plus peuplées et les plus froides du pays. Cette décision subit alors les interférences de détracteurs qui tablent sur le fait que le gaz contribue beaucoup au chauffage des lieux d’habitation.

La ville de New York adopte des résolutions écoresponsables

Les dirigeants new-yorkais ont identifié un élément de taille qui contribue à émettre des gaz à fort impact climatique. L’utilisation du gaz est pourtant indispensable aussi bien dans les habitations que les bureaux. Par l’intermédiaire du projet de loi cité précédemment, la ville de New York contraindra quand même les acteurs économiques à diminuer progressivement la quantité de gaz qui leur sert à cuisiner ou à se chauffer. Cette mesure sera applicable :

  • En 2024 pour les bâtiments de moins de 7 étages ;
  • À partir de 2027 pour les autres.

Ces bâtiments émettent actuellement plus de la moitié du gaz à effet de serre et les dispositions de cette loi s’inscrivent dans la lutte contre la pollution. Selon les estimations, le carbone émis d’ici 2040 pourra être soustrait de plus de deux millions de tonnes. La société énergétique Con Edison, la ville peut aisément faire face à un basculement vers une électrisation.

Archives

  • Janvier
Je compare les tarifs