Les Français ont obtenu quelques mois de répit face à l’explosion du prix du gaz et de l’électricité

Consommation d'énergie des maisons

Voilà depuis début 2021 que le prix du gaz et de l’électricité a amorcé son ascension. Et d’après le contexte actuel, tout indique qu’il n’est pas près d’appuyer sur la pédale des freins, alors qu’il a d’ores et déjà atteint un niveau inquiétant pour les consommateurs. De quoi inciter le gouvernement à adopter une mesure pour le ralentir dans son élan.

À travers une estimation consommation gaz et électrique, le Premier ministre Jean Castex a récemment fait savoir qu’après une tendance haussière enclenchée depuis début 2021, le prix de ces sources d’énergie devrait encore grimper à hauteur de 30% d’ici au premier trimestre de 2022.

Ainsi, l’explosion tarifaire sera au rendez-vous pour quelques mois encore selon le chef du gouvernement qui a annoncé la mise en place d’un dispositif qui devrait éviter aux consommateurs d’en subir les conséquences. Du moins, sur la période susmentionnée selon certains analystes découvrant en cette mesure un mécanisme de lissage visant à alléger temporairement le poids de cette croissance infernale.

Une tendance amorcée depuis début 2021

En France, les consommateurs sont habitués à la hausse tarifaire du gaz et de l’électricité qui n’intervient qu’en saison hivernale. Du moins, en période normale puisque 2021 fait figure d’exception en affichant une tendance haussière depuis le début de l’année. Ce, pour la simple raison qu’une fois porté par le redémarrage de l’économie mondiale, le prix de gros du gaz a fait un bond considérable, alors que cette source d’énergie représente 99% des importations françaises.

Résultat, les tarifs réglementés du gaz et, par répercussion, celui de l’électricité ont pratiquement explosé en annonçant un accroissement de 57% depuis janvier avec lesquels s’ajoutent les 12,6% amorcés au 1er octobre dernier. Soit, une hausse de près de 70% qui est vouée à se renforcer davantage selon Jean Castex annonçant récemment que :

On nous prévoit d’ici à la fin de l’année, 30% à nouveau d’augmentation du prix et peut-être au début de l’année 2022.

Jean Castex

Des mesures ont été prises pour en alléger le poids

Face à cette explosion tarifaire qui devrait se poursuivre jusqu’en 2022, le gouvernement a jugé bon qu’il est temps de faire quelque chose pour en limiter les impacts auprès des consommateurs. Soit quelque 5 millions de ménages qui risquent d’en payer le prix fort si rien n’est fait selon le Premier ministre annonçant la mise en place du dispositif qu’il a qualifié de bouclier tarifaire qui consiste à en bloquer la hausse, par voie règlementaire.

Celui qui devrait empêcher le tarif de s’envoler d’ici mars à avril 2022 selon Jean Castex espérant qu’au printemps prochain :

Le prix du gaz devrait dégringoler.

Jean Castex

Et d’ajouter :

Évidemment la chute sera plus lente, puisque nous répercuterons la hausse d’aujourd’hui sur la moindre chute d’après.

Jean Castex

Ainsi, les consommateurs ont obtenu une période de sursis de quelques mois selon un parlementaire faisant remarquer que :

Le bouclier tarifaire sur le gaz annoncé par le Premier ministre n’en est pas vraiment un, car il y aura des rattrapages de factures après avril. C’est un simple lissage de la hausse.

Jean Castex

Je compare les tarifs