L’Espagne augmente ses importations de pétrole et de gaz d’Algérie

conteneurs de gaz liquide

En pleine crise énergétique, les pays européens cherchent à sécuriser leurs approvisionnements en combustibles fossiles par tous les moyens. L’Espagne a choisi de renforcer ses liens avec l’Algérie, devenu en quelques mois un partenaire privilégié du pays. Ce rapprochement se traduit par une hausse record des importations de gaz et de pétrole en septembre.

Le monde entier fait face à une explosion des prix du gaz et des hydrocarbures en général depuis l’été dernier. Les observateurs attribuent cette forte inflation à la reprise économique – plus forte qu’attendue en raison de l’amélioration nette de la situation épidémiologique. Certains États accusent les plus gros producteurs, tels que la Russie et l’Iran, d’agir en sous-main pour faire s’envoler artificiellement le cours du gaz à des fins géopolitiques et stratégiques. L’Espagne, elle, a choisi le pragmatisme, en diversifiant ses sources d’approvisionnement en combustibles fossiles. Le Royaume a ainsi commandé plus de pétrole et de gaz auprès de l’Algérie, une tendance appelée à durer.

Je compare les fournisseurs d'énergie

Du gaz algérien expédié dans le monde entier

Du fait de son positionnement stratégique et de ses capacités industrielles, l’Espagne est bien placée pour réexpédier du gaz et du pétrole algérien dans le monde entier. Après avoir sécurisé ses approvisionnements en s’aidant d’une bonne estimation consommation gaz, le pays a augmenté ses exportations de gaz vers :

  • Les États-Unis ;
  • La Chine ;
  • L’Inde.

À eux seuls, ces trois grands consommateurs ont acheté 73 % du gaz exporté par l’Espagne en septembre. Les volumes réexpédiés ont atteint un niveau sept fois plus élevé que l’année dernière, à la même période. Les expéditions de gaz de l’Espagne se font en totale conformité avec la « clause de destination » inscrite dans les contrats gaziers signés avec la Sonatrach. Autrement dit, les exportations espagnoles ont reçu le feu vert de l’Algérie, qui prouve par la même occasion sa capacité à répondre à toutes les demandes du marché espagnol.

Des records d’importations d’Algérie… et de Libye

Preuve du renforcement des liens entre l’Espagne et l’Algérie, le pays nord-africain a fourni plus de la moitié des achats de gaz du Royaume en septembre. 52,4 % du gaz importé dans la péninsule ibérique provient d’Algérie.

L’Espagne a profité de cette forte hausse pour reconstituer ses réserves stratégiques. Les livraisons devront encore augmenter dans les prochains mois, en prévision des fortes demandes hivernales. Les approvisionnements par bateau de GNL en provenance d’Algérie ont déjà triplé en septembre. Six méthaniers se relaient actuellement pour acheminer la précieuse marchandise depuis les côtes algériennes jusqu’aux usines de regazéification d’Enagas. En plus de l’Algérie, l’Espagne a aussi augmenté ses commandes auprès de la Libye.

Au total, les deux États africains assurent 10 % des commandes de pétrole de la péninsule. Cette croissance s’explique à la fois par la baisse des livraisons des autres fournisseurs – en pleine crise énergétique – et par la consolidation des liens commerciaux entre l’Espagne et les deux pays. Snobée autrefois par la partie espagnole, l’Algérie apparaît aujourd’hui comme un partenaire privilégié et fiable sur le marché du pétrole. L’Espagne en a pris conscience ces derniers mois et a multiplié les visites diplomatiques et commerciales en Afrique du Nord.

Je compare les tarifs