Baisse de 11 % de la consommation de gaz dans le Grand Est

Baisse 11% consommation gaz grand est

Le Grand Est fait traditionnellement partie du top 3 des régions françaises les plus consommatrices de gaz. Elle concentre par ailleurs 15 % de la clientèle industrielle de GRT Gaz. Mais en 2020, des températures clémentes et le ralentissement de l’activité économique ont changé la donne. Sur un an, la demande a chuté de 11 %.

Chute inédite de la consommation de gaz naturel en 2020

La région Grand Est est sillonnée par 5 196 km de canalisations de gaz. Les 1 474 communes traversées hébergent 179 clients industriels qui représentent 15 % des industries raccordées au réseau sur l’ensemble du territoire.

Important Habituellement classée parmi les plus gros utilisateurs de gaz dans l’Hexagone, la région a enregistré une chute de la demande en 2020.

D’une part, Météo France a désigné l’année comme la plus chaude depuis 1900. D’autre part, dans un contexte de crise sanitaire, les entreprises ont fonctionné au ralenti.

Toutefois, Thierry Daniel, Délégué territorial Nord-Est pour GRT Gaz, observe

Des écarts dans les évolutions des usages de ses principaux clients.

Thierry Daniel

Alors que la baisse de la demande des industriels a été moindre, les volumes destinés aux centrales électriques ont diminué de 5 %. La décrue concerne également les commandes vers le point de stockage de Cerville, ainsi que les flux à destination de l’Italie et l’Espagne.

Un prix toujours très attractif par rapport aux voisins européens

Sur la question du prix du gaz, les comparatifs placent la France en tête sur le critère de la compétitivité, suivi par la Belgique et les Pays-Bas. Selon Thierry Daniel,

Les efforts à court terme de GRT Gaz vont s’accélérer dans le domaine de la transition énergétique avec un budget de 52 millions d’euros cette année, en hausse de 17 millions par rapport à 2020.

Thierry Daniel

Ce montant en hausse doit permettre de densifier le réseau de structures destinées aux camions et bus roulant au gaz naturel, tout comme les sites de production de biométhane, qui ont enregistré une croissance de 100 % en un an. 180 autres projets sont en cours, et devraient contribuer à hauteur de 9 % de la production régionale de gaz naturel.

« L’objectif est de réduire les importations », souligne le délégué territorial. C’est dans cette optique qu’ont été créés les sites des Ardennes, ainsi que de Troyes et Châlons-en-Champagne. S’y ajoute la plateforme de Saint-Avold, dont la reconversion commence en 2021.

Archives

Je compare les tarifs