L’Iran se sert du mining du bitcoin pour contourner les sanctions économiques internationales

Raffinerie de pétrole

Les sanctions internationales qui pèsent sur l’économie iranienne contraignent le gouvernement du pays à trouver une solution. L’année dernière, l’Iran a décidé de se tourner vers le mining du bitcoin pour contourner ces sanctions. Après avoir interdit le trading de cryptomonnaies en 2019, Téhéran veut se servir de l’industrie du mining afin d’assurer le financement des importations. Les actifs numériques devront toutefois être cédés à la banque centrale iranienne, laquelle est la seule autorisée à les vendre aux banques et bureaux de change.

Ainsi, les centrales électriques locales peuvent désormais miner du bitcoin. Cette stratégie découle du fait que le pays produit une grande quantité d’électricité à faibles coûts.

Financer les importations avec des cryptomonnaies

Le gouvernement du pays veut ainsi financer les importations avec des cryptomonnaies faute de pouvoir utiliser la monnaie locale. En effet, les sanctions qui s’appliquent aux banques locales suite aux pressions constantes imposées par les États-Unis depuis plusieurs années empêchent celles-ci d’accéder aux dollars.

Important Afin de contourner ces sanctions, l’autorité iranienne autorise le mining du bitcoin par les centrales électriques. Tout doit néanmoins se faire sous le contrôle de l’État et la quantité de cryptomonnaies pouvant être produite par chaque mineur sera définie en fonction du volume d’électricité utilisée pour l’exploitation.

Mais comme le pays est doté d’une capacité importante de production d’électricité à faibles coûts, les mineurs ne devraient avoir aucune difficulté à développer leurs activités. D’ailleurs, les centrales électriques locales fonctionnent pour la plupart avec des énergies fossiles, dont le gaz. L’abondance de l’offre sur le marché constitue un avantage pour ces dernières, et il leur est facile de trouver un fournisseur gaz proposant des tarifs très bas.

Les exploitations minières illégales de cryptomonnaies interdites

En légalisant le mining du bitcoin, Téhéran a délivré des milliers de licences d’exploitation à des fermes de minage. En parallèle, le gouvernement interdit formellement l’extraction illégale, et offre une récompense importante (de plus de 2 300 dollars) à tous ceux qui dénoncent des activités de mining illicites.

D’autre part, le ministère de l’Énergie a précisé que les centrales ayant obtenu des licences ne sont pas autorisées à réviser à la hausse leurs tarifs d’électricité (pour le public et les secteurs industriels et agricoles).

Je compare les tarifs