Retour sur le site meilleurtaux.com

Les énergéticiens français s’organisent pour garantir la continuité de leur service face aux attaques du coronavirus

Lignes a haute tension sur fond de coucher de soleil.

Les énergéticiens français s’organisent pour garantir la continuité de leur service face aux attaques du coronavirus. Tout cela, pour donner suite à l’appel à la mobilisation d’Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire qui veut éviter aux ménages de se retrouver dans le noir suite à d’éventuelles failles en matière d’approvisionnement d’électricité.

Chez Enedis, 295 employés ont été récemment mis en quarantaine et trois cas de coronavirus ont été détecté auprès d’EDF. Nul besoin de recourir à un comparateur électricité pour en déduire que cette épidémie risque de mettre à mal l’approvisionnement en courant électrique en s’attaquant aux énergéticiens qui éprouveront beaucoup de peine à accomplir leur mission.

Ce qui est hors de question selon la ministre de la Transition écologique et solidaire qui, à travers une réunion de crise, a rassemblé ces derniers pour les inciter à adopter certaines mesures afin d’éviter le pire. Ce, en priorisant la santé des salariés auprès d’EDF et du gestionnaire de réseau RTE pour leur permettre d’assurer la continuité de la production et la sécurité des installations.

L’approvisionnement en électricité doit être assuré

En réunissant l’ensemble des énergéticiens, Elisabeth Borne a tenu à faire savoir que :

Coronavirus ou pas tout le monde comprend qu’on a besoin de continuer à avoir de l’électricité, du gaz.

Ainsi, tout indique que la ministre de la Transition écologique et solidaire a l’intention d’assurer l’approvisionnement en courant électrique des ménages en faisant appel à la mobilisation des opérateurs concernés.

Dans ce sens, EDF n’a pas manqué de rassurer ce membre du gouvernement en faisant valoir que :

Nous sommes entraînés à fonctionner avec des effectifs réduits. Le soir et les week-ends, nos centrales sont déjà pilotées par des équipes restreintes. Notre plan pandémie nous permet de faire fonctionner l’ensemble du parc avec 25% de taux d’absentéisme pendant 3 mois et 40% en cas de pic de l’épidémie.

Ce premier producteur et fournisseur d’électricité en France a aussi souligné qu’il lui reste d’autres atouts dans ses manches pour relever le défi dans l’optique où la situation devait se dégénérer encore plus en faisant essentiellement allusion à son arme secrète décrite en ces termes :

Le groupe dispose d’une force d’action rapide nucléaire. Créée suite à la catastrophe de Fukushima, celle-ci a pour mission d’agir en cas d’accident, mais elle est formée pour piloter n’importe quel réacteur.

Mais avant d’en arriver là, cet opérateur entend d’abord miser sur ses ressources humaines à travers :

  • La réorganisation des équipes en format plus restreint ;
  • La ventilation des salariés au sein des centrales ;
  • L’appel à la rescousse des employés exerçant des fonctions de pilotage.

Soit, autant de mesures qui répondent aux attentes de la ministre qui prévoit la mise en place de dispositifs réglementaires exceptionnels concernant l’organisation du travail en précisant que :

Ces entreprises peuvent travailler en deux fois douze heures plutôt qu’en trois fois huit heures et garder des équipes en réserve.

La santé des salariés est d’une importance capitale pour le système

Il va sans dire que les fournisseurs d’électricité misent essentiellement sur les ressources humaines pour garantir la pérennité des approvisionnements. Raison pour laquelle, la santé des salariés est d’une importance capitale pour le système qui se doit de tout faire pour les mettre à l’abri de ce virus mortel.

Dans ce sens, différentes mesures ont été adoptées auprès d’EDF comme pour RTE. Entre autres :

  • La généralisation du port de masque pour tous les salariés ;
  • Le report des opérations jugées peu indispensables pour éviter les descentes en masse sur le terrain ;
  • Les regroupements à éviter autant que possible ;
  • L’usage des moyens de transport individuels pour les déplacements.

À Marc Kuntz, coordinateur syndical pour le parc nucléaire d’EDF à la CGC et à un responsable de chez RTE d’ajouter respectivement :

On a pour consigne de privilégier les transports individuels pour se rendre au travail et les centrales ont pris des dispositions pour maximiser les stocks de produits nécessaires à l’exploitation : gaz industriels, fuel pour les diesels de secours, produits chimiques, etc.
Le télétravail sera généralisé pour toutes les missions pouvant être réalisées à distance.

Archives

Pourquoi payer plus cher ?
Quelles offres souhaitez-vous comparer ?
Electricité Gaz Internet
Je compare
Je compare les tarifs