Le GECF cherche des solutions permettant à ses membres de faire face à la chute de la demande de gaz naturel

GECF solutions membres chute demande gaz naturel

Un changement significatif se profile au sein du GECF. C’est le point essentiel que l’on pourrait retenir du 22ème volet de ce Forum des pays exportateurs de gaz. Celui qui s’est déroulé récemment en visioconférence à Alger en prenant compte du fait qu’à l’unanimité, les nations membres sont du même avis sur le sujet.

En novembre 2021, se tiendra à Qatar la prochaine réunion du GECF. C’est aussi le délai que se sont accordé les États membres de cet organisme pour trouver des solutions pérennes aux problèmes lestant le développement de leur activité principale. L’exportation de gaz naturel dont ils détiennent la meilleure part au niveau mondial avec un taux élevé à 71%.

Une belle prouesse, sauf qu’en effectuant un comparatif gaz, ils se sont rendus compte que la tendance est à la baisse en ce qui concerne la demande et que les stocks ne font que s’empiler. Des raisons suffisantes pour les inciter à prendre des initiatives.

Des solutions sont proposées

Face au ralentissement récurent de la demande de gaz naturel, le GECF s’accorde à dire que le moment est venu de penser à des solutions permettant de rectifier le tir. Dans ce sens, l’un de ses membres a fait valoir que :

Il est nécessaire de créer au sein du GECF la volonté politique de prendre des mesures beaucoup plus décisives pour contrôler le marché du gaz et obtenir des avantages équitables pour les pays producteurs.

Pour y parvenir, ce ministre vénézuélien de l’énergie a proposé une piste que l’organisme pourrait explorer d’ici le 23ème volet du Forum en notant qu’il n’était pas le seul puisque le représentant de l’Iran aussi est de la partie. Ainsi, deux solutions sont venues au-devant la scène :

  • La création de mécanismes d’interaction efficaces visant à équilibrer et à stabiliser les marchés dans le but d’optimiser les revenus des nations membres ;
  • L’adoption de nouvelles approches destinées à renforcer la part du gaz naturel dans le mix énergétique mondial.

La collaboration au cœur des stratégies

D’ici novembre 2021, les membres du GECF disposeront certainement d’assez de temps pour étudier les pistes susmentionnées. Quoi qu’il en soit, ils sont aussi unanimes sur le fait que la collaboration doit être au cœur de leurs stratégies. Au ministre algérien Abdelmadjid Attar d’en expliquer l’objectif :

Pour compenser la stagnation dans le monde de gaz naturel, nous devons nous réorganiser et nous réinventer pour augmenter nos forces en ces temps difficiles.

Abdelmadjid Attar

Un avis partagé par la majorité et qui a permis à Nikolay Shulginov de dire que :

C’est à nous de trouver ensemble des solutions qui amélioreront encore l’efficacité de notre organisation afin de renforcer sa position au niveau mondial.

Nikolay Shulginov

Dans cette optique, ce représentant russe a même tenu à préciser que :

Des actions plus efficaces et plus actives seraient nécessaires à travers des efforts collectifs visant la mise en place de nouveaux mécanismes de coopération.

Nikolay Shulginov

Je compare les tarifs