L’Allemagne investit dans l’hydrogène

Allemagne hydrogene

En Allemagne, l’hydrogène est au cœur des actualités du secteur énergétique. Il est identifié comme la solution de décarbonation de l’industrie et de la mobilité. Les investissements pour lancer la filière se chiffrent en milliards d’euros. Loin de faire l’unanimité, l’hydrogène est perçu comme un artifice idéologique. La transition énergétique n’étant possible qu’à travers le gaz naturel.

La dépendance au gaz va s’accentuer

L’engouement pour l’hydrogène intervient dans un contexte où les énergies renouvelables montrent leurs limites.

Dans le schéma actuel, l’essentiel des besoins en énergie est couvert par les centrales à combustibles fossiles (gaz, nucléaire, lignite, charbon).

Pour continuer à satisfaire la demande après l’abandon du charbon-lignite et la sortie du nucléaire, l’Allemagne n’a pas d’autres choix que de miser sur les sources pilotables.

ImportantLe gaz naturel deviendra alors la principale source de production électrique, et ce, malgré une hausse significative de la contribution des énergies renouvelables.

Outre-Rhin, l’idée de produire davantage d’électricité à partir du gaz naturel gagne du terrain. L’opinion favorable du Parlement européen vis-à-vis du gaz naturel renforce d’ailleurs cet élan. L’Allemagne prévoit déjà de développer un parc de CCgaz pour remplacer ses centrales à charbon.

Le succès de cette transition repose sur la disponibilité suffisante du gaz naturel. En plus de la consommation liée aux usages déjà existants, il faudra répondre aux besoins du parc de CCgaz.

Le projet de gazoduc sous-marin reliant la Russie à l’Allemagne devait normalement résoudre ce problème, et positionner l’Allemagne comme un important fournisseur de gaz en Europe.

D’ailleurs, à cet effet, le pays a déjà investi dans des installations de stockages pouvant accueillir cet apport de gaz naturel supplémentaire.

C’était cependant sans compter sur l’opposition des États-Unis vis-à-vis du projet Nord Stream. L’issue de cette joute politico-économique étant encore incertaine.

Une ressource controversée

Dans ce contexte, l’hydrogène est présenté comme la solution pour une transition bas-carbone. Le schéma « gas to power » le décrit comme un moyen de stocker de l’électricité. L’hydrogène permet par ailleurs de produire du biométhane par combinaison avec du CO2.

Toutefois, étant donné qu’il existe peu de réserve exploitable d’hydrogène sur la planète, il faut encore le fabriquer.

Pour être écologiquement acceptable, cette production d’hydrogène requiert de l’électricité verte, et s’opère suivant un processus bas-carbone, à savoir l’électrolyse de l’eau. Ce procédé de fabrication coûte cher et consomme beaucoup d’énergie. Ce qui amène à s’interroger sur la rationalité de l’hydrogène dans une économie de l’énergie verte.

ImportantCertes physiquement et techniquement possible, la production d’hydrogène n’est pas industriellement viable. Elle apparaît ainsi comme un artifice idéologique.

Pour bien d’observateurs, étant donné que le gaz naturel est déjà accepté par le public comme un composant indispensable du mix électrique au regard des engagements climatiques, il est préférable de recourir directement à cette ressource.

 

Je compare les tarifs