Enercoop succombe à l’appel de l’Arenh

Centrale électrique edf

Depuis sa création en 2005, Enercoop a toujours insisté sur l’origine renouvelable de l’électricité qu’elle vend en France. Farouchement opposée au nucléaire, la compagnie s’est toujours refusée à s’approvisionner auprès d’EDF. Mais elle a dû revoir sa position cette semaine, en raison des difficultés liées à la flambée des prix sur le marché.

En 2019 et 2020, Enercoop a engrangé 4 millions d’euros de bénéfices, grâce à l’accessibilité accrue des énergies renouvelables et un marché de l’énergie en pleine transition. Cette période enchantée a pris fin en 2021, quand la reprise économique mondiale a créé des tensions sur le marché du gaz.

Puis, la guerre en Ukraine a jeté un grand froid sur les fournisseurs alternatifs d’électricité. Les prix sur les marchés dépassent régulièrement 300 euros/MWh, une inflation qui menace l’existence même d’Enercoop. Dos au mur, la compagnie met de côté ses valeurs historiques et se tourne vers l’électricité nucléaire à bas pris d’EDF.

Je compare les fournisseurs d'énergie

Une solution temporaire face à la folie du marché

En grande difficulté depuis l’année dernière, Enercoop s’approvisionnera auprès du mécanisme de l’Arenh à partir de 2023. Le fournisseur alternatif fera partie des industriels et des concurrents qui bénéficieront des prix réduits accordés dans le cadre de ce système propre à la simulation EDF. Cette action radicale fait suite aux lourdes pertes essuyées par la compagnie depuis 2021, malgré la révision des prix facturés aux clients.

Depuis l’automne,

ImportantLes 100 000 abonnés de l’entreprise ont subi une hausse de 10 % de leur facture.

Les tarifs ont quasiment doublé pour les clients professionnels. Ayant épuisé ses autres recours, Enercoop a choisi de se tourner vers l’électricité nucléaire d’EDF, pour optimiser ses propres mécanismes de couverture.

Un responsable de la compagnie a martelé ce point lors de l’annonce de ce virage à 90°. Selon Olivier Soufflot, directeur général délégué, le recours à l’Arenh constitue seulement une stratégie de couverture de prix. EDF fournira bel et bien du volume d’électricité à Enercoop, mais cette énergie ne sera pas consommée par les abonnés. Le fournisseur alternatif revendra ces volumes, afin de couvrir ses coûts d’approvisionnement.

Je compare les fournisseurs d'énergie

Développer de nouvelles capacités de production

Comment un fournisseur alternatif spécialiste des énergies renouvelables peut-il souffrir de l’envolée des prix du gaz et du pétrole ? La réponse se trouve dans la nature des contrats d’approvisionnement. Selon Béatrice Delpech, directrice générale adjointe de la compagnie,

ImportantUne partie des engagements signés par Enercoop indexe le prix d’achat sur l’évolution des marchés.

Aussi, même si l’entreprise achète auprès des producteurs d’électricité verte, ses coûts sont directement affectés par la forte inflation qui frappe l’ensemble du secteur de l’énergie.

Enercoop veut toutefois rassurer ses abonnés et ses investisseurs. L’utilisation de l’Arenh sera temporaire. Elle prendra fin en 2025, soit au même moment où ce mécanisme sera supprimé. Après ce délai, la coopérative renforcera sa collaboration avec ses 400 producteurs, qui exploitent :

  • Des parcs éoliens (53 % des volumes) ;
  • Des barrages hydrauliques (39 %) ;
  • Des fermes solaires (7 %) ;
  • De la biomasse.

En plus de ces sources d’approvisionnement externes, Enercoop envisage de se doter de ses propres moyens de production.

Je compare les tarifs