EDF cède ses parts dans Photowatt

Edf part photowatt

Pour préserver sa santé financière, l’énergéticien souhaite se délester de ses activités jugées non essentielles. Dans sa ligne de mire, la société française spécialisée dans la production de cellules photovoltaïques, Photowatt, figure parmi les entreprises que le groupe veut céder. Pour rappel, le fournisseur d’énergie a pris les rênes de cette entreprise en 2012 sur recommandations des pouvoirs publics pour soutenir la filière photovoltaïque française.

Un repreneur en vue

Depuis quelques mois, Photowatt étudie plusieurs pistes stratégiques pour redresser ses comptes qui sont dans le rouge. En effet, le fabricant de cellules photovoltaïques recherche un repreneur.

ImportantPour cause : EDF, son principal actionnaire, veut se libérer de l’entreprise. La mauvaise santé financière du groupe public ne lui permet pas de conserver plus longtemps Photowatt. D’autant plus que les activités de cette dernière n’entrent pas dans le cœur de métier du groupe.

EDF estime d’ailleurs qu’il ne lui appartient pas de soutenir la filière photovoltaïque sur le long terme. À noter que depuis l’acquisition de Photowatt par EDF en 2012, le groupe public y a dépensé plus de 360 millions d’euros en investissements.

Selon plusieurs sources, le fabricant de fours utilisés dans l’industrie photovoltaïque, ECM Technologies, a manifesté son intérêt pour reprendre Photowatt. Des négociations sont en cours pour trouver un terrain d’entente.

Plusieurs points restent néanmoins à discuter avant de pouvoir conclure la transaction, dont le business plan de Photowatt qui est loin d’être solide. Pour sa part, EDF déclare tout mettre en œuvre pour défendre les intérêts de Photowatt et de ses employés.

Une concurrence féroce

Photowatt subit de plein fouet la concurrence chinoise qui arrive à produire des gigawatts de panneaux solaires par an, contre à peine une centaine de mégawatts pour le fabricant français. Pour se démarquer, l’entreprise a effectué un saut technologique en 2018. Elle s’est spécialisée dans la production de plaquettes de silicium. Cette décision stratégique n’a pas suffi à résoudre les difficultés.

L’année dernière, l’entreprise a accusé une perte d’excédent brut d’exploitation de 22 millions d’euros. Les perspectives ne sont pas meilleures pour 2021. La simulation EDF anticipe un EBITDA de 21 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires estimé de 27,2 millions.

Archives

Je compare les tarifs