Factures d’électricité : UFC-Que Choisir hausse le ton face à l’augmentation

pièces et billets

Récemment, l’UFC-Que Choisir a signalé les coûts faramineux des factures de l’électricité des ménages français au cours des dernières années. L’association de défense des consommateurs a constaté que les tarifs réglementés de vente (TRV) de l’électricité ont grimpé de près de +50 % en dix ans. Redoutant de nouvelles hausses tarifaires, elle a ainsi réclamé un report du projet de restructuration d’EDF.

Les prix ont flambé de +50 % en 10 ans

Important L’UFC-Que Choisir a observé une flambée des prix du kilowattheure appliqué aux consommateurs au cours de la décennie, une progression qui impacte évidemment les factures. D’après les analyses réalisées, le tarif réglementé de vente (TRV) de cette source d’énergie a augmenté d’environ +50 % sur les dix dernières années.

En plus des divers impôts et taxes, et de la hausse des dépenses liées au transport et à la distribution, il s’avère que la gestion du marché d’une part et le mécanisme ARENH (Accès régulé à l’énergie nucléaire historique) d’autre part sont la cause de cette envolée des tarifs, selon l’association.

Ce système oblige en effet le groupe EDF à céder à bas prix à ses concurrents une portion plus ou moins importante de sa production d’électricité nucléaire, et limite la quantité d’énergie disponible. Ce qui entraine la hausse artificielle des tarifs du TRV et des offres du marché.

À noter toutefois que les particuliers bénéficient de la possibilité de procéder à une estimation consommation électrique pour choisir leur fournisseur et gérer au mieux leur budget alloué à l’énergie.

La nécessité d’une nouvelle régulation en toute transparence

Avec les discussions engagées par le gouvernement, EDF et la Commission européenne sur la régulation du nucléaire, l’association s’inquiète de la poursuite d’une courbe ascendante par les prix sur l’accès au nucléaire, une progression des tarifs qui pourrait aussi être impacté par l’inflation des coûts de l’EPR de Flamanville.

L’association réclame ainsi un ajournement du projet de restructuration d’EDF ainsi que la mise en place d’un débat ouvert à tous sur l’avenir de la solution qui sera adoptée. Une discussion au cours de laquelle elle sollicitera une certaine transparence sur les coûts réellement supportés par EDF.

Dans le même temps, elle exige la suppression du plafond des quantités destinées aux fournisseurs alternatifs prévues dans l’ARENH, afin de réduire ralentir l’inflation actuelle.

Je compare les tarifs