Faites-vous rappeler par un expert

Votre besoin concerne


 

Jour de rappel

Aujourd'hui

Demain

Après-demain

Heure de rappel

Maintenant

Entre 9h et 12h

Entre 10h et 12h

Entre 12h et 14h

Entre 14h et 17h

Entre 17h et 19h

 

Votre n° de téléphone

Comparez, simulez et trouvez le fournisseur d'énergie

qui correspond à vos besoins

Je découvre les offres

Les agriculteurs français se préparent à une campagne compliquée en 2022-2023

Écrit par La rédaction Meilleurtaux . Mis à jour le 22 novembre 2022 .
Temps de lecture : 3 min

faviconLa promesse Meilleurtaux
Chez Meilleurtaux nous aspirons à vous aidez à prendre de meilleures décisions sur vos finances. Notre combat : vous rendre gagnant sur votre argent en vous donnant toutes les clés de compréhension sur nos offres. Consultez notre méthode de présentation des offres et comment nous rémunérons nous sur chacun de nos services.
Silos agricoles. Stockage et séchage des grains

Avec l’industrie lourde, l’agriculture est l’un des secteurs qui souffrent le plus de l’envolée des prix du gaz. Cette situation inflationniste pèse sur le coût des engrais, dont la fabrication repose en grande partie sur le combustible bleu. La crise énergétique devant encore durer, les agriculteurs s’apprêtent à vivre une nouvelle campagne difficile.

En attendant les solutions inscrites dans la feuille de route européenne contre la crise de l’énergie, la France a pris le devant début octobre. Le gouvernement prévoit de plafonner les prix de l’électricité à 180 euros/MWh. Cette mesure sera financée en partie avec les versements des surprofits réalisés par les producteurs d’électricité d’origine renouvelable.

Néanmoins, cette limitation ne s’appliquera pas au prix du gaz sur les marchés de gros. Pourtant, les industriels l’ont demandé à plusieurs reprises, en raison de son rôle primordial dans la chaîne de production de fertilisants. Les prix élevés du gaz et des semences n’augurent rien de bon pour les agriculteurs.

Je compare les fournisseurs d'énergie

Des tarifs mieux contenus pour les semences

Ces derniers mois, la filière agricole subit les conséquences de plusieurs facteurs défavorables, dont la guerre en Ukraine et la crise de l’énergie qui oblige les industriels à réviser leur estimation consommation gaz. À cela s’ajoute un autre facteur, incontrôlable et imprévisible : le changement climatique. Les températures exceptionnellement élevées de cette année ont entraîné une sécheresse dévastatrice pour les semenciers français cet été. Leur production a fortement chuté. Les volumes de semences de maïs ont reculé de 3à à 40 %, contre :

  • -21 % pour la féverole ;
  • -26 % pour le seigle.

Puisque les graines deviennent plus rares, leurs prix augmentent automatiquement. Les semenciers tentent d’amortir le choc en puisant dans leurs stocks pour fournir les coopératives et les agriculteurs en vue de la prochaine campagne. Grâce à ces efforts, l’inflation des prix des semences se limite à 4,5 % en un an.

Cette relative stabilité risque de disparaître dans les prochains mois, si l’on en croit l’avertissement de l’Union française des semenciers. L’UFS s’attend à un accroissement constant des prix de semences, lesquels dépendent des coûts de production des agriculteurs multiplicateurs. Les variations tarifaires seront différentes en fonction des clients et des cultures.

L’UFS s’inquiète aussi de la quantité de semences accessible pour les campagnes de 2024 et 2025. Si les semenciers ne retrouvent pas une production normale cette année, les deux exercices suivants risquent d’être tendus.

Je compare les fournisseurs d'énergie

Des engrais plus chers et plus inaccessibles

La question des engrais inquiète aussi la filière agricole. Les usines de fertilisants azotés subissent de plein fouet la flambée des prix du gaz, un élément qui représente pourtant 90 % du coût de production des engrais. En Europe, plusieurs industriels ont ralenti leurs activités. Au cours de l’été, la capacité européenne a même été réduite de 50 %. Évidemment, cette faible production génère des problèmes de disponibilité sur le marché.

ImportantL’effet sur les trésoreries des agriculteurs se fait déjà ressentir : les achats d’intrants azotés sont actuellement 20 % inférieurs à leur niveau normal.

L’Union de l’industrie de la fertilisation appelle les agriculteurs à étaler leurs commandes, pour éviter les surcharges sur les lignes de production. Par lien de causalité, les faibles volumes d’engrais font s’envoler les prix.

ImportantLes fertilisants les plus utilisés se négocient actuellement à des tarifs entre 2,5 et 3,5 fois plus élevés par rapport aux cotations d’avant la guerre en Ukraine.

favicon

Écrit par
La rédaction Meilleurtaux

 
Tout Meilleurtaux dans votre poche Meilleurtaux Reprenez le pouvoir sur votre budget

Faites des économies, suivez l’activité de vos comptes et simulez un achat immobilier ou un crédit consommation.

Meilleurtaux Placement Reprenez le pouvoir sur votre épargne.

Suivez la performance de tous vos contrats (assurance vie, retraite, immobilier, défiscalisation) et re-versez facilement. Garantie 0 paperasse.

Meilleurtaux Partenaires L’application gagnante pour les professionnels.

Augmentez votre chiffre d’affaires immobilières, gagnez en efficacité lors des premières visites, développez votre business au delà de l’immobilier et travaillez votre image et votre réputation.

application meilleurtaux
 
fraude Vigilance fraude et accompagnement

Attention, vous pouvez être sollicités par de faux conseillers Meilleurtaux vous proposant des crédits et/ou vous demandant de transmettre des documents, des fonds, des coordonnées bancaires, etc.
Soyez vigilants · Meilleurtaux ne demande jamais à ses clients de verser sur un compte les sommes prêtées par les banques ou bien des fonds propres, à l’exception des honoraires des courtiers. Les conseillers Meilleurtaux vous écriront toujours depuis une adresse mail xxxx@meilleurtaux.com
Vous avez un doute sur l’un de vos contacts ou pensez être victime d’une fraude ? Consultez notre guide.

Je compare les offres