GRDF s’associe au CEA pour développer des méthodes de production de gaz 100 % renouvelable

tour de refroidissement

GRDF vient d’officialiser la signature d’un partenariat avec le Commissariat à l’Énergie atomique et aux énergies alternatives. L’objet de cette alliance consiste à développer des techniques de production de gaz 100 % renouvelable. Les deux partenaires travailleront notamment sur la gazéification hydrothermale, la biométhanisation de la biomasse et l’exploitation du CO2 biogénique.

Comparé au charbon et au pétrole, le gaz naturel fossile a une empreinte carbone plus acceptable. Le combustible bleu émet entre 10 et 30 % de CO2 en moins. Cet avantage écologique est tout relatif, connaissant l’utilisation à grande échelle de cette matière première ainsi que l’impact environnemental de son extraction. Pour ces raisons, la France envisage de se défaire progressivement de sa dépendance au gaz naturel fossile et cherche des alternatives moins polluantes, comme le biométhane. Le pays dispose actuellement de 401 sites de méthanisation, pour une capacité annuelle de 6,7 TWh. GRDF redouble d’efforts pour produire plus de gaz vert en France.

Je compare les fournisseurs d'énergie

Un partenaire numérique et technologique aux côtés de GRDF

La mission première de GRDF consiste à gérer la distribution du gaz naturel sur l’ensemble du territoire national et dans plusieurs pays d’Europe. La filiale d’Engie construit, entretient, répare et opère les réseaux nationaux et régionaux, et se charge aussi d’établir un comparateur gaz des consommations de chaque ménage, en se basant sur les compteurs domestiques. La compagnie se trouve donc en première ligne du plan national visant à verdir l’industrie énergétique et atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.

GRDF travaille ainsi sur des méthodes permettant de produire du gaz « vert » à partir de la biomasse. L’entreprise reçoit un soutien de taille dans cette mission. En effet, elle a conclu un partenariat avec le CEA, une institution réputée dans le domaine de la recherche scientifique et technologique.

Le soutien du CEA offre à GRDF une

Important Maîtrise technologique indispensable dans ses travaux, surtout dans le domaine numérique.

Le CEA n’est pas étranger non plus aux questions relatives aux énergies alternatives. Dans ses locaux de Paris-Sarclay, l’institution missionne des milliers d’ingénieurs chercheurs pour effectuer des recherches fondamentales sur les technologies à hydrogène, les batteries électriques et la photovoltaïque entre autres.

Je compare les fournisseurs d'énergie

Un réseau de gaz plus sobre et plus performant

Le communiqué publié par GRDF en dit plus sur la nature de la coopération avec le CEA. Concrètement, les deux organismes se concentreront sur les méthodes de production de gaz renouvelable à partir de la gazéification hydrothermale et la biométhanisation. Ces deux techniques permettent d’obtenir du gaz renouvelable à partir de la biomasse liquide. Le biométhane qui en résulte est prêt à être injecté directement dans les réseaux.

Les deux partenaires se pencheront également sur l’amélioration des réseaux de transport et de distribution. Avec l’appui du CEA, GRDF entend développer des systèmes intelligents afin d’optimiser les coûts d’acheminement du gaz vert jusqu’aux consommateurs. Ce réseau du futur devra aussi prendre en compte la décentralisation de la production de gaz. La filiale d’Engie compte également profiter de l’expertise numérique du CEA pour élaborer un dispositif de maintenance prédictive de ses réseaux de gaz.

Je compare les tarifs