Les investissements dans l’éolien flottant se multiplient

Symboles d’énergie écologique ou durable verts au sommet de cinq piles de pièces, par exemple une ampoule, une batterie rechargeable, un panneau de cellules solaires

L’Europe exploite des parcs éoliens offshore, constitués principalement de structures posées, depuis plusieurs décennies. Dernièrement, gouvernements et investisseurs s’intéressent de près aux éoliens flottants, dont le potentiel sur le long terme est énorme. La France compte bien s’imposer comme un leader sur cette filière d’avenir. Quatre projets pilotes sont en cours de réalisation.

 

Selon les plans du gouvernement, la France devrait produire au moins 40 % d’électricité renouvelable à l’horizon 2030 afin d’atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050, ce qui nécessite d’énormes investissements dans le solaire, l’hydroélectricité marine… et l’éolien.

Pour capter l’énergie du vent au large des côtes, la technique posée ne sera pas suffisante. L’exécutif redouble alors d’efforts pour soutenir le développement de parcs d’éoliennes flottants. Ces derniers produiront entre 35 et 70 % de l’électricité produite en mer en 2050. Malgré le nombre et la diversité des obstacles à surmonter, l’éolien flottant a le vent en poupe... en France et dans le reste de l’Europe.

Je compare les fournisseurs d'énergie

Des défis techniques et financiers à relever

Depuis toujours, le principal frein à la démocratisation de l’éolien flottant reste inchangé : le prix du kwh à la production. La construction d’une éolienne flottante est deux à trois fois plus chère qu’une éolienne posée. Cette charge pèse évidemment sur le prix du mégawattheure. L’État anticipe un coût de production entre 110 à 120 euros/MWh. Cependant, ce tarif va baisser selon les prévisions d’un responsable chez TotalEnergies. Tout dépend de la vitesse à laquelle on raccorde de nouveaux parcs éoliens flottants au réseau de distribution électrique.

ImportantAu-delà des problèmes de prix, l’éolien flottant doit contourner d’autres obstacles plus complexes, d’ordre technologique et industriel.

Concernant les jonctions terrestres, les ports auront besoin de bollards et de quais renforcés, capables d’accueillir les structures imposantes des éoliennes et de leurs flotteurs. La France y a déjà pensé, en investissant 300 millions d’euros dans l’innovation et le réaménagement de plusieurs ports.

Les industriels doivent résoudre aussi la question de la stabilisation des éoliennes flottantes. Les parcs disposeront de sous-stations électriques flottantes suffisamment stables pour permettre aux matériels électrotechniques de fonctionner en toute sécurité. Selon le directeur exécutif de RTE,

ImportantDe nombreux travaux de R&D seraient en cours afin de développer de nouvelles générations de câbles de forte puissance pouvant résister aux courants des grandes profondeurs.

Je compare les fournisseurs d'énergie

Des intérêts croissants pour une filière au potentiel considérable

En France, quatre fermes d’éoliennes flottantes sont en cours de réalisation. Le projet pilote d’EDF Renouvelables, valorisé à 300 millions d’euros, prendra place à 17 kilomètres au large de Port-Saint-Louis-du-Rhône, en Provence. La ferme comporte trois tripodes géants de 2 500 tonnes chacun. Chaque structure est constituée d’un mât d’éolienne, de flotteurs gigantesques – 12 mètres de haut et 7,50 mètres de diamètre —, d’une turbine de 8,4 MW et de pales de 75 mètres d’envergure.

Les trois autres fermes pilotes sont développées par le duo EDPR/Engie dans le Morbihan, et Eolfi et Shell dans l’Aude. À ces programmes phares s’ajoutent trois projets commerciaux d’une puissance totale de 750 mégawattheures. Ces parcs commerciaux seront construits au large de Port-la-Nouvelle, de Belle-Ile et de Fos-sur-Mer.

Dans le reste de l’Europe, la course à l’éolien flottant fait aussi rage. La Norvège est déjà bien avancée, avec la mise en service prochaine d’une ferme d’éoliennes flottantes de 88 MW. L’Écosse exploite depuis 2017 un parc flottant de 30 MW, mais prévoit d’ installer 15 GW de capacité supplémentaire . Tous les énergéticiens et électriciens sont dans les starting-blocks. EDP, au Portugal ; ENI, en Italie, Ocean Winds, en Espagne et d’autres acteurs mènent tous des projets d’éoliens flottants à un stade plus ou moins avancé.

Je compare les offres