Bilan financier 2020 « solide » pour EDF malgré une baisse des principaux indicateurs

Bilan financier 2020 edf

Dans un récent communiqué, EDF a annoncé avoir réalisé 615 millions d’euros de bénéfice net comptable l’an dernier. Par rapport à son niveau de 2019, ce chiffre est en recul de 88 %. L’EBITDA a également enregistré une baisse organique de 2,7 %, tombant à 16,2 milliards d’euros. Mais en excluant l’impact de 1,5 milliard d’euros de la pandémie sur son excédent brut d’exploitation, cet indicateur aurait connu une croissance de 6,2 %.

Des résultats financiers « solides » malgré un contexte difficile

Au vu de ces résultats, la direction d’EDF a déclaré

Se préparer à verser un dividende de 0,21 euro par action.

Jean-Bernard Lévy

L’option du paiement par titres sera proposée, prise par l’État, actionnaire principal de la société avec 83,7 % du capital.

Jean-Bernard Lévy, son PDG, salue un

Bilan solide qui démontre la résilience du FED, tant sur le plan financier qu’opérationnel dans un contexte de récession inédit dû à la crise sanitaire.

Jean-Bernard Lévy

D’ailleurs, en 2020, la production nucléaire du fournisseur électricité a diminué de 44,1 térawattheures, dont la plus grosse partie (environ 33 térawattheures) est la conséquence directe de la pandémie et de son impact sur l’économie.

Bilan contrasté des différentes branches et des marchés internationaux

Important Malgré la chute du bénéfice net comptable, le chiffre d’affaires 2020 n’a subi qu’un repli de 3,2 %, pour s’établir à 69 031 milliards d’euros.

Dans le détail, la branche production et fourniture a amélioré ses revenus de 1,8 %, atteignant 28 361 milliards. Pendant ce temps, le CA des activités réglementées a grimpé à 16 228 milliards, en hausse de 0,9 %. Celui de la division des énergies renouvelables est plus modeste, à 1,582 milliard (+1 %), tandis que Framatome, l’entité dédiée au nucléaire, perd 2,4 % de son chiffre d’affaires, qui descend à 3 295 milliards.

À l’international, les revenus engrangés au Royaume-Uni ne s’élèvent qu’à 9 041 milliards d’euros après une décrue de 5,6 % sur un an. En Italie, ils plongent de 21,7 % à 5 967 milliards d’euros. L’ensemble des autres marchés perd 10 % de son CA, réduisant le chiffre d’affaires d’EDF de 2 420 milliards d’euros.

S’agissant des principaux postes de dépense, le groupe n’a consacré « que » 32 425 milliards à l’achat de carburant et d’énergie, soit 7,6 % en moins, contre -2 % pour les autres dépenses externes, qui ont représenté 8 461 milliards d’euros. Les charges de personnel ont en revanche atteint 13 957 milliards d’euros (+1,2 %), quand les amortissements et dépréciations ont pesé pour 10 838 millions d’euros.

Archives

Je compare les tarifs