Total devient un groupe multi-énergies et change de nom

Le géant pétrolier français Total entame son évolution et annonce le changement de son nom en TotalEnergies. Ceci reflète une nouvelle stratégie qui consiste à miser davantage sur les énergies renouvelables en vue de pouvoir faire face aux enjeux de la transition écologique.

En effet, le groupe délaisse peu à peu son activité pétrolière pour se tourner vers la production d’énergie verte, notamment solaire et éolienne. D’ailleurs, la chute des cours du pétrole, de même que la baisse de la demande sur le marché suite à l’avènement de la pandémie ont incité les grandes compagnies pétrolières comme Total à diversifier leurs activités.

Réorientation stratégique en vue d’atteindre la neutralité carbone en 2050

Ainsi, le groupe pétrolier adopterait son nouveau nom TotalEnergies si les actionnaires donnaient leur accord, selon la déclaration de son PDG, Patrick Pouyanné. Il va se transformer en groupe multi-énergies en vue de réduire au minimum ses émissions carbones dans les années à venir et d’atteindre la neutralité en 2050.

ImportantLes ventes des produits pétroliers devraient de ce fait passer de 55 % à 30 % au cours de la prochaine décennie et la compagnie va axer ses efforts sur le développement des énergies vertes.

La part des énergies solaires et éoliennes dans son chiffre d’affaires devrait ainsi atteindre 15 % en 2030 contre 5 % en ce moment.

Total ambitionne en effet de porter sa capacité de production d’électricité verte de 10 GW à 35 GW d’ici 2025. Et pour atteindre cet objectif, le groupe envisage de consacrer 70 milliards de dollars dans ses activités dans le secteur renouvelable.

Pour les consommateurs, l’essentiel est de réduire leurs factures d’électricité. Ils peuvent réaliser des économies en choisissant des offres adaptées à leurs besoins.

À l’aide de notre comparatif électricité, Il est facile de trouver le fournisseur le moins cher du marché et d’accéder à l’offre la plus attractive.

Un résultat net de 3,3 milliards d’euros en 2020

Affichant un résultat net de 3,3 milliards d’euros en 2020, le groupe français s’est révélé plus performant que ses principaux concurrents.

Toutefois, il s’agit d’une perte de 5,9 milliards d’euros, engendrée notamment par les dépréciations d’actifs. Ce résultat est d’ailleurs 66 % inférieur à celui de l’année précédente.

Archives

Je compare les tarifs