Altice songerait à se départir de sa filiale Meo

branchement cable ethernet

Si l’information était avérée, le mariage entre Altice Europe et Meo aurait tourné court. En effet, selon plusieurs médias, le groupe aurait l’intention de se séparer de sa filiale portugaise, rachetée en 2014. Cette décision serait motivée par le niveau actuel de la dette du groupe, lequel s’élève à 30 milliards d’euros. Altice compterait renflouer ses caisses avec l’argent issu de cette transaction, tout en profitant de cette vente pour réduire ses charges. D’après le journal Les Échos dans son édition en ligne, la banque Lazard aurait été mandatée pour trouver des repreneurs.

Une intention confirmée par Patrick Drahi

Dans le cadre d’un projet de désendettement, Patrick Drahi, l’un des fondateurs du groupe Altice, s’est séparé de quelques tours télécoms et réseaux de fibre optique.

Jusqu’ici, il n’a cédé aucun de ses opérateurs, dont Hot en Israël, SFR en France, Meo au Portugal et Altice en République Dominicaine.

Important Pourtant, vendredi dernier, le quotidien « Expresso » a révélé l’intention de Patrick Drahi de vendre Meo son opérateur portugais. Information qui a été confirmée par l’homme d’affaires dans la foulée. Selon d’autres sources, la banque Lazard aurait été mandée pour rechercher des acquéreurs. Des fonds d’investissement ainsi qu’Orange figureraient parmi les repreneurs potentiels.

À titre d’information, il ne faut pas hésiter à réaliser un test débit Internet si le fournisseur de connexion ne communique que le débit maximal théorique.

Des réseaux fixes et mobiles déjà cédés

Il faut savoir que Meo fait partie des piliers d’Altice. Il a en effet contribué considérablement au chiffre d’affaires du groupe ainsi qu’à son EBITDA, respectivement à hauteur de 2 milliards d’euros et de 830 millions.

Toutefois, 50 % de ses réseaux de fibre optique ont été vendus au fonds Morgan Stanley Infrastructure Partners pour un montant de 2,3 milliards d’euros.

Quant à ses 3 000 tours de téléphonie, ceux-ci sont passés entre les mains de Cellnex, contre 800 000 d’euros.

Une raison a été avancée pour expliquer la décision de Patrick Drahi de se séparer de Meo : le cycle de la 5G serait encore au stade embryonnaire au Portugal et risquerait de peser lourd dans les finances du groupe. De plus, l’entrée sur le marché d’un quatrième opérateur mobile pourrait compliquer la situation.

Il ne faut pas non plus oublier que l’autorité portugaise de la concurrence a sanctionné Altice avec une amende de 84 millions d’euros fin 2020. Le groupe s’est, en effet, convenu avec un autre opérateur pour fixer les prix des services télécoms.

Je compare les tarifs