Faites-vous rappeler par un expert

Votre besoin concerne


 

Jour de rappel

Demain

Heure de rappel

Maintenant

Entre 9h et 12h

Entre 10h et 12h

Entre 12h et 14h

Entre 14h et 17h

Entre 17h et 19h

 

Votre n° de téléphone

Comparez, simulez et trouvez le fournisseur d'énergie

qui correspond à vos besoins

Je découvre les offres
Guide de l'énergie

Actualités

Écrit par La rédaction Meilleurtaux . Mis à jour le 2 juillet 2020 .
Temps de lecture : 15 min

faviconLa promesse Meilleurtaux
Chez Meilleurtaux nous aspirons à vous aidez à prendre de meilleures décisions sur vos finances. Notre combat : vous rendre gagnant sur votre argent en vous donnant toutes les clés de compréhension sur nos offres. Consultez notre méthode de présentation des offres et comment nous rémunérons nous sur chacun de nos services.

Le prix repère du gaz pour le mois de mars 2024 est publié

Comme chaque mois depuis la fin des tarifs réglementés en juin 2023, la Commission de Régulation de l’Énergie ou CRE publie son prix repère qui aide les consommateurs à analyser les différentes offres du marché.

Les résultats d’EDF de nouveau dans le vert grâce au nucléaire

La hausse de la production nucléaire a permis à EDF de réaliser 10 milliards d’euros de bénéfices en 2023. En effet, l’énergéticien a pu générer 320 TWh l’année dernière contre 279 TWh en 2022, grâce à ces 46 réacteurs. L’entreprise a ainsi moins de difficultés à approvisionner ses clients, ce qui lui a permis de réaliser une économie dont le montant est supérieur à 7 milliards d’euros.

Hausse des tarifs d'électricité : comment gérer les factures de régularisation et limiter l'impact sur son budget ?

Avec la récente flambée des tarifs de l’électricité, les foyers mensualisés risquent de recevoir des factures de régularisation particulièrement élevées. Pour prévenir les difficultés financières, une réévaluation des mensualités pourrait s’avérer judicieuse. Néanmoins, d’autres solutions existent pour mieux gérer sa consommation d’énergie et limiter l’impact de cette augmentation tarifaire.

Impact incertain de la hausse des prix du gaz sur les factures

Après l’électricité au 1er février, les prix de vente du gaz naturel en France vont augmenter en juillet, dans des proportions variables selon les usages des abonnés. La Commission de régulation de l’énergie (CRE) justifie cet ajustement par le coût d’entretien du réseau pour la distribution. De son côté, le ministre de l’Économie affirme que les factures des clients resteront stables, notamment grâce au recul des cours de gros sur les marchés depuis décembre 2023.

Nouvelle hausse tarifaire au 1er juillet pour les usagers du gaz

Les prix de l’énergie n’en finissent pas d’augmenter. Après l’annonce d’une hausse de 10 % pour l’électricité au 1er février, ce sera au tour du gaz en juillet, selon la Commission de régulation de l’énergie (CRE). En cas de validation de sa proposition par l’Exécutif, les ménages devront s’attendre à un bond de 5,5 % à 10,4 % des tarifs.

Prix du gaz : comprendre les mécanismes et les tendances pour 2024

En 2024, avec les fluctuations des coûts de l’énergie dues au contexte géopolitique, comprendre comment ces tarifs sont fixés et évoluent au fil du temps est crucial. En effet, depuis les réformes des années 1990 jusqu’aux changements récents, le paysage énergétique français a connu des transformations majeures. Focus.

Historique du monopole d’État jusqu’à la libéralisation

Après la Seconde Guerre mondiale, l’État français a instauré un monopole sur le gaz et l’électricité en créant les entreprises publiques EDF et GDF en 1946 et 1947. Pendant des décennies, ces entités ont ensuite contrôlé la production et la distribution d’énergie dans le pays.

Important La libéralisation du marché a commencé dans les années 1990, conformément aux directives européennes. En 1999, le monopole d’EDF a été levé, suivi de celui de GDF en 2000, ouvrant ainsi la voie à la concurrence.

En 2004, la séparation des activités de production et de vente d’énergie de la gestion des réseaux a été introduite dans le but de favoriser une concurrence juste. Par la suite, la transformation de GDF en ENGIE en 2015 a marqué une étape importante dans l’évolution du marché.

Enfin, le dispositif Arenh, établi en 2011, a permis la distribution d’électricité nucléaire par EDF à d’autres fournisseurs. Cependant, avec des changements récents comme la renationalisation partielle d’EDF en 2022 et la fin prévue d’Arenh en 2025, de nouveaux défis se profilent.

Les mécanismes de fixation des tarifs

La Commission de Régulation de l’Énergie (CRE) est chargée de fixer les prix du gaz , en tenant compte de divers facteurs, tels que les coûts d’approvisionnement, les taxes et les marges des distributeurs. Ces prix sont soumis à une validation gouvernementale après consultation publique.

Depuis la fin des tarifs réglementés en 2023, les consommateurs ont basculé vers des offres libres telles que Gaz Passerelle . Contrairement aux tarifs réglementés, les offres libres offrent une plus grande variété de prix et de conditions, adaptées aux différents profils de clients.

Les prix repères pour février 2024

En réponse à la fin des tarifs réglementés gaz, l’État a instauré des prix repères sur la vente du gaz qui évolue chaque mois en fonction de la conjoncture .

Ainsi, pour ce mois de février, ceux-ci s’élèvent à :

  • 102,94 euros TTC l’abonnement annuel et 0,121 44 euro/kWh pour la cuisson et l’eau chaude ;
  • 257,18 euros d’abonnement/an et 0,091 42 euro/kWh pour le chauffage en plus.

Ces tarifs sont donnés à titre indicatif. Néanmoins, ils permettent de faire le tri entre les fournisseurs trop chers et ceux qui proposent des prix raisonnables. Il est aussi possible de passer par un comparateur en ligne pour simplifier la recherche. Pour ce qui est du choix entre l’abonnement indexé et l’abonnement fixe, étant donné la conjoncture géopolitique défavorable, il est préférable actuellement de prendre un abonnement fixe .

Enfin, pour les foyers en difficulté, il existe toujours le chèque énergie, l’aide de la CAF pour les bénéficiaires du RSA et des aides ponctuelles du Fonds de solidarité logement.

À retenir
  • En France, l’évolution des prix du gaz, depuis la libéralisation du marché dans les années 1990 jusqu’aux récentes réformes, a eu des répercussions sur les consommateurs.
  • La Commission de Régulation de l’Énergie fixe désormais les tarifs, tandis que des prix repères mensuels ont été instaurés par l’État.
  • Comparer les offres gaz devient essentiel, notamment face à la disparition des tarifs réglementés.
  • Les foyers en difficulté ont toujours accès à des aides spécifiques.

Analyse de l’option Tempo d’EDF face à la hausse des prix de l’électricité

L’option Tempo d’EDF, qui segmente l’année en trois catégories de jours pour offrir des tarifs différenciés, intéresse de nombreux clients. Cependant, avec la récente augmentation des tarifs de l’électricité, la pertinence de cette option est remise en question. Cet article examine les implications de cette hausse des prix sur l’option Tempo et les consommateurs.

Évolution des tarifs réglementés d’EDF

L’annonce d’une augmentation des tarifs réglementés d’EDF, effective depuis le 1er février 2024, impacte particulièrement les abonnés à l’option Tempo.

Important Cette hausse, qui atteint +8,6 % pour l’option de base et +9,8 % pour les heures creuses, dépasse les +10 % pour les 500 000 clients de cette offre, soit une charge supplémentaire moyenne de plus de 190 euros par an, selon les estimations de l’entreprise.

Divisant l’année en trois types de jours — bleus, blancs et rouges — l’option Tempo d’EDF ajuste les tarifs selon la demande et la disponibilité de l’énergie. Les jours bleus offrent des tarifs réduits, les jours blancs affichent des tarifs supérieurs à ceux des heures creuses, tandis que les jours rouges imposent les tarifs les plus élevés.

Cette subdivision en jours et plages horaires permet aux consommateurs de planifier leur consommation et de réaliser des économies significatives pouvant atteindre jusqu’à 54 % par rapport aux tarifs de base.

Modulation des économies selon le profil de consommation

La hausse des tarifs réglementés, concomitante à celle de la Taxe intérieure sur la consommation finale d’électricité (TICFE), affecte particulièrement les tarifs bleus de l’option Tempo , réduisant l’écart de prix avec les autres offres.

Concrètement, un foyer consommant 12 000 kWh par an, dont 50 % sur les jours bleus, pourrait voir ses économies annuelles avec Tempo passer de 300 à 200 euros après la hausse de la TICFE. Celle-ci, appliquée uniformément à tous les kilowattheures, pénalise les offres qui incitent à une consommation plus responsable et flexible.

Les experts, comme Nicolas Goldberg, de la société Colombus Consulting, exprime une opinion critique à l’égard de cette politique. Selon lui,

Bien que l’option Tempo puisse être avantageuse, maintenir une taxation uniforme sur tous les tarifs sans tenir compte des comportements de consommation est incohérent et inéquitable.

Nicolas Goldberg

À retenir
  • La hausse récente des tarifs réglementés d’EDF affecte les abonnés à l’option Tempo, dépassant les 10 % pour certains, entraînant un surcoût de plus de 190 euros en moyenne.
  • Cette offre, segmentant l’année en jours bleus, blancs et rouges, permet des économies significatives.
  • Cependant, l’augmentation des tarifs réglementés, combinée à celle de la Taxe intérieure sur la consommation finale d’électricité, réduit les économies potentielles.
  • Cette situation suscite des critiques quant à l’équité de cette taxation.

Gaz naturel : analyse du tarif ATRD7 de la CRE

La Commission de Régulation de l’Energie (CRE) a dévoilé le nouveau tarif ATRD7 pour les réseaux de distribution de gaz naturel de GRDF. Ce tarif, en vigueur du 1er juillet 2024 au 30 juin 2027, s’aligne sur les objectifs de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) : concilier la maîtrise des coûts, la sécurité des réseaux et la transition énergétique.

Électricité : baisse des prix de gros, mais hausse du tarif pour les particuliers

L’année 2023 a été marquée par une dégringolade des prix de gros de l’électricité en Europe. Une baisse si vertigineuse qu’elle a contraint la CRE (Commission de régulation de l’énergie) à envisager une révision des tarifs réglementés, une première depuis 2019. Malheureusement, cela ne se répercutera pas sur la facture des particuliers, bien au contraire.

Les conseils pour minimiser l’impact de la hausse des taxes sur l’électricité

À la date du 1er février dernier, l’État a appliqué une nouvelle hausse des taxes sur l’électricité. Cela se traduit inéluctablement sur une augmentation des différents tarifs réglementés d’EDF. Pour les abonnés déjà largement exposés à l’inflation, la situation est difficile. Il existe néanmoins des astuces pour faire des économies.

Comparer les offres des différents fournisseurs du marché

Le montant de la facture d’électricité des ménages varie considérablement en fonction du contrat sélectionné parmi les offres des différents acteurs du secteur. Les abonnés historiques d’EDF pourront ainsi faire des économies en comparant plusieurs propositions. De nombreux outils sont aujourd’hui disponibles pour faciliter cette tâche.

Il est conseillé de prendre en compte une estimation ajustée de sa consommation d’électricité pour en tirer pleinement profit.

À titre de rappel, le prix de l’électricité auprès d’EDF a augmenté de 8,6 % pour le tarif de base. Cela veut dire que le tarif moyen des souscripteurs dans cette catégorie passera à 837 euros cette année, contre 771 euros l’année dernière. Pour les abonnés heures pleines/heures creuses, la hausse est encore plus flagrante, avec un coût moyen de l’électricité qui bondit de 160 euros, s’affichant dorénavant à 1667 euros. Le gouvernement justifie la hausse de la taxe intérieure sur la consommation finale d’électricité (TICFE) par

La nécessité de s’affranchir progressivement du bouclier tarifaire et d’investir pour l’accroissement des capacités de production.

De plus, l’augmentation représente une manne de 6 milliards d’euros pour les caisses de l’État.

Jusqu’à 400 euros d’économie pour les grands consommateurs

ImportantDepuis la libéralisation du secteur de l’énergie, les abonnés peuvent changer de fournisseur gratuitement, à tout moment et sans contrainte contractuelle.

Ainsi, la concurrence d’EDF n’hésite pas à afficher des prix plus abordables. À titre d’exemple, pour un logement dont la consommation représente annuellement 7700 kWh, le tarif par kWh proposé par EDF (Zen Fixe) est de 0,2266 euro, contre 0,204 euro pour l’offre Maxi Eco d’OHM Énergie. Le prix de l’abonnement est quasi identique.

Pour un client à la consommation élevée, l’écart entre EDF et un autre fournisseur peut grimper jusqu’à 400 euros, voire plus. L’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir a opté pour Octopus Energy en tant que fournisseur de son offre d’achat groupé.

À retenir
  • EDF augmente ses prix à la suite de la hausse de la taxe intérieure sur la consommation finale d’électricité.
  • Les fournisseurs alternatifs proposent parfois des tarifs plus concurrentiels qu’EDF.
  • Il est possible de réaliser au-delà de 400 euros d’économie par an en comparant les offres disponibles.

Prix du gaz : votre facture va flamber cet été

La facture de gaz des Français devrait augmenter de 5,5% à 10,4% au 1er juillet. Un coup dur pour les consommateurs, qui ont déjà dû faire face à une hausse des tarifs au 1er janvier.

Électricité : les hausses tarifaires, un frein à la décarbonation

L’augmentation de la taxe sur la consommation finale d’électricité soulève des interrogations quant à la cohérence de la politique énergétique française. Cette hausse, couplée à celle de l’accise sur le gaz, envoie un signal contraire à l’orientation vers l’électrification prônée par loi de finances 2024. Retrouvez dans cet article les enjeux budgétaires et climatiques sous-jacents ainsi que les implications de ce relèvement fiscal pour les consommateurs.

Hausse du prix de l’électricité : le piège de la facture de régularisation

Les prix de l'électricité ont grimpé de près de 10% au 1er février. Les ménages mensualisés risquent donc de payer une lourde facture de régularisation, s’ils n’ont pas mis à jour le montant de leurs échéances mensuelles.

Les TRV de l’électricité ont progressé de 39 % entre février 2023 et février 2024

Comme l’année dernière, le début du mois de février est marqué par une nouvelle hausse des tarifs réglementés de vente de l’électricité cette année. Ceux-ci ont en effet bondi d’environ 9,5 % en moyenne, ce qui entraînera une augmentation notable des factures pour un grand nombre d’abonnés.

Prix de l’électricité : une autre mauvaise nouvelle pour votre facture en 2025 ?

Les tarifs de l’électricité vont augmenter de près de 10% à partir du 1er février, et ils pourraient peut-être connaître une nouvelle hausse en 2025.

Les consommateurs ne sont pas épargnés. Le 21 janvier, Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie et des Finances, a annoncé une hausse des prix de l’électricité au 1er février. « Sur les tarifs de base, l’augmentation sera de 8,6%. Sur les tarifs heures pleines-heures creuses, elle sera de 9,6% ».

La fin du “quoi qu’il en coûte”

Certes, comme se félicite le ministre lui-même, la hausse reste sous la barre des 10%. Mais il faut rappeler qu’en août et février 2023, la facture avait déjà respectivement grimpé de 10% et 15% pour les ménages. Ainsi que de 4% en février 2022. Soit “44% en deux ans” selon Le Parisien. Un cycle infernal pour les consommateurs, qui pourrait ne pas s’arrêter là.

En effet, le ministre a expliqué qu’il était temps de revenir “à la normale" pour “protéger nos finances publiques”. Ce qu’il entend par là, c’est qu’est venu le moment de sortir définitivement du « quoi qu’il en coûte », et de remonter le niveau de la taxe intérieure sur la consommation finale d’électricité (TICFE).

Pour rappel, face à l’envolée des prix de l’électricité à cause de la guerre en Ukraine, le gouvernement avait mis en place un « bouclier tarifaire » en décembre 2021. Lequel incluait une baisse de la TICFE de 32 euros par mégawattheure (MWh) à 1 euro. Bercy souhaiterait désormais relever cette taxe, en procédant en deux temps.

Un marché imprévisible

D’abord, il compte la faire passer à 21 euros par mégawattheure (MWh). Puis dans un an, il aimerait refaire passer cette accise à son niveau initial, parce qu’elle a privé l’Etat de 9 milliards d’euros par an de rentrées fiscales. Actuellement, « nous faisons seulement les deux tiers du chemin pour tenir compte des difficultés de pouvoir d’achat de notre compatriote », explique Bruno Le Maire.

Lorsque le tiers restant sera soldé, est-ce que cela impliquera mécaniquement une hausse tarifs de de l’électricité pour les consommateurs ? Pas nécessairement, selon le ministre. « Au 1er février 2025, la hausse pourrait être nulle si le cours de l’électricité continue de chuter ». En effet, le prix de l'électron ne dépend pas que de la fiscalité, mais aussi d'un marché qui varie selon les évolutions de l'offre et de la demande. Il est donc pour le moment imprévisible.

Le meilleur des scénarios pour les consommateurs serait que, d’ici un an, une nouvelle chute des marchés survienne, comme cela était le cas entre avril et décembre 2023. Mais il n’est pas impossible qu’au contraire, le marché s’emballe, et que les tarifs de l’électricité repartent à la hausse.

Electricité : le prix de votre facture va flamber dès le 1er février

Les tarifs de l’électricité vont augmenter de 8,6% à 9,8% à partir du 1er février. Il s’agit de la quatrième hausse de la facture d’électricité en deux ans pour les ménages.

L’UFC-Que Choisir réclame un gel ou une limitation de la hausse des tarifs d’électricité

Le gouvernement a annoncé une augmentation de 10 % des tarifs d’électricité à compter du 1er février 2024. L’UFC-Que Choisir dénonce une révision décorrélée des coûts réels de production et s’inquiète de son impact lourd sur les finances des ménages. L’association de défense des consommateurs appelle ainsi le gouvernement à geler les tarifs afin de les protéger.

Un couple laonnois victime d’une erreur de facturation de la part d’Engie

Selon les informations rapportées par l’Union, un couple de Laon, dans l’Aisne, a été sous le choc en découvrant un courrier envoyé par Engie. En ouvrant l’enveloppe, c’est une somme de plus de 10 486,90 euros que le fournisseur leur demande de payer. Ce montant exorbitant a provoqué la colère et l’angoisse du couple, qui a contacté l’entreprise pour obtenir des explications. En effet, ils ont été stupéfaits d’apprendre que le refus de paiement les contraindrait à faire appel à une « assistante sociale ».

Engouement pour l’offre d’électricité Tempo d’EDF

Mise en place pour remplacer l’offre EJP, l’offre d’électricité Tempo d’EDF séduit de plus en plus de consommateurs. En seulement un an, le nombre d’abonnés à cette offre à effacement tarifaire a plus que doublé, passant de 200 000 à 500 000 (entre fin octobre 2022 et fin octobre 2023).

Le prix repère de vente du gaz pour le mois de février déjà disponible

Les particuliers raccordés aux réseaux de GRDF et des ELD (Entreprises locales de distribution) peuvent d’ores et déjà prendre connaissance du prix repère de vente du gaz pour le mois de février. Publié mensuellement par la CRE (Commission de régulation de l’énergie) depuis la suppression du tarif réglementé de vente du gaz en juin 2023, ce prix repère est une estimation moyenne des coûts de la fourniture de gaz naturel aux clients résidentiels.

favicon Écrit par
La rédaction Meilleurtaux

 
Tout Meilleurtaux dans votre poche Meilleurtaux Reprenez le pouvoir sur votre budget

Faites des économies, suivez l’activité de vos comptes et simulez un achat immobilier ou un crédit consommation.

Meilleurtaux Placement Reprenez le pouvoir sur votre épargne.

Suivez la performance de tous vos contrats (assurance vie, retraite, immobilier, défiscalisation) et re-versez facilement. Garantie 0 paperasse.

Meilleurtaux Partenaires L’application gagnante pour les professionnels.

Augmentez votre chiffre d’affaires immobilières, gagnez en efficacité lors des premières visites, développez votre business au delà de l’immobilier et travaillez votre image et votre réputation.

application meilleurtaux
 
fraude Vigilance fraude et accompagnement

Attention, vous pouvez être sollicités par de faux conseillers Meilleurtaux vous proposant des crédits et/ou vous demandant de transmettre des documents, des fonds, des coordonnées bancaires, etc.
Soyez vigilants · Meilleurtaux ne demande jamais à ses clients de verser sur un compte les sommes prêtées par les banques ou bien des fonds propres, à l’exception des honoraires des courtiers. Les conseillers Meilleurtaux vous écriront toujours depuis une adresse mail xxxx@meilleurtaux.com
Vous avez un doute sur l’un de vos contacts ou pensez être victime d’une fraude ? Consultez notre guide.

Je compare les offres