Une nouvelle source d’énergie renouvelable vient renforcer l’indépendance énergétique de la France

Source énergie renouvelable renforcement indépendance énergie

L’univers de l’énergie renouvelable tricolore a fait un bond considérable dans son évolution, grâce à la Gaya qui a fait une découverte majeur dans ce domaine. Aux dernières nouvelles, cette plateforme d’Engie a en effet donné la preuve qu’il est désormais possible de produire du gaz à partir de déchets solides non recyclables.

Faute de filières de recyclage, les déchets d’activités économiques tels que le plastique, le bois, le carton ou le papier sont, depuis toujours, destinés à l’enfouissement. Du moins, jusqu’à ce que Gaya trouve le moyen de faire de ces éléments des combustibles solides de récupération (CSR) destinés à produire une source d’énergie renouvelable.

Une grande première pour la filière au niveau mondial et notamment pour la France qui voit en cette découverte un nouveau levier. Celui qui devrait permettre à la nation de faire d’une pierre, deux coups en renforçant son indépendance énergétique et en faisant un bond en avant dans sa stratégie de préservation de l’environnement.

Un bond en avant pour la filière de production de gaz renouvelable

Pour mémoire, Gaya est une plateforme de recherche & développement semi-industrielle coordonnée par Engie et confinancée par Ademe et ses 11 partenaires français et européens. Tout cela pour dire que, grâce aux efforts de ce département, la filière de la production de gaz renouvelable a fait un bond en avant dans son évolution en précisant qu’il s’agit d’une grande première pour la France et au niveau mondial. Une découverte qui a d’ailleurs permis à Adeline Duterque, directrice d’Engie Lab Crigen de dire que :

Avec Gaya, nous avons fait des avancées scientifiques majeures pour le développement et l’industrialisation des filières de production de gaz renouvelable.

Adeline Duterque

Ce qui implique que ce nouveau centre de recherche d’Engie installé à Stains, en Seine–Saint-Denis a validé en conditions industrielles les recherches de Gaya qui, rappelons-le, consistent à transformer les déchets solides non recyclables en CSR destinés à produire du gaz renouvelable.

C’est désormais chose faite étant donné que les premiers mètres cubes issus de ces combustibles solides de récupération ont récemment vu le jour à la grande fierté de Mme Duterque qui a tenu à souligner que :

Les tests réalisés à partir de CSR montrent que l’on sait désormais produire du gaz renouvelable à partir de ce type de déchets.

Adeline Duterque

Un avantage supplémentaire pour la France

Aux yeux d’Engie Lab Crigen, la découverte de Gaya est un avantage supplémentaire pour la France qui a fait un énorme bond en avant dans sa stratégie de transition énergétique à travers l’énergie renouvelable.

Grâce à un comparatif gaz, ce nouveau centre de recherche d’Engie a en effet découvert que cette avancée technologique permettra à la plateforme Gaya d’atteindre l’objectif qu’elle s’était fixé pour 2030 par rapport en 2012 en réduisant à 30% la consommation d’énergies fossiles dans l’Hexagone. Ce, en ajoutant que puisqu’il s’agit d’une source d’énergie issue de déchets non recyclables, elle permettra aussi au pays de réduire de moitié la quantité de détritus enfouis pour la ramener à 50% moins élevée qu’en 2010 d’ici 2025. Des aboutissements positifs qui ont d’ailleurs permis à Adeline Duterque de conclure que :

Le modèle de la plateforme contribue à la transition énergétique avec la production de gaz renouvelable et à l’économie circulaire en valorisant des déchets jusqu’à présent destinés à l’enfouissement.

Adeline Duterque

Ainsi, il serait utile de rappeler que pour arriver à ses fins, Gaya a prévu de donner naissance en 2023 à la première unité industrielle qui, en 2026, permettra de :

  • Produire 45 GWh de chaleur renouvelable ;
  • Produire jusqu’à 150 GWh de gaz renouvelable ;
  • Recycler 70 000 tonnes par an de déchets non recyclables.

Archives

  • Janvier
Je compare les tarifs