Au Mexique, le projet de restructuration du secteur de l’électricité pénalise les énergies renouvelables

Mexique projet restructuration électricité

Malgré la controverse qu’il suscite, le programme de restructuration de la filière électrique a obtenu le feu vert du Parlement et du Sénat. Au grand dam des défenseurs de l’environnement et des opérateurs privés, ce projet va pénaliser la production d’énergies renouvelables et entraver la libre concurrence. Sans compter qu’il va renforcer les prérogatives de la Commission fédérale de l’électricité (CFE) et accorder l’avantage aux énergies fossiles et hydrauliques.

La part de l'électricité « verte » produite par les compagnies privées dans le mix énergétique du pays va ainsi reculer, alors que celle-ci a atteint 11 % en 2019. Le président du Mexique a indiqué que les accords avec ces dernières feront l’objet de révisions en vue de mieux protéger les intérêts de la CFE.

Une mesure qui vise l’autosuffisance énergétique

Cette mesure qui privilégie les centrales thermiques et hydrauliques publiques vise avant tout la souveraineté et l’autosuffisance énergétique,

Andrés Manuel López Obrador

Selon le président mexicain Andrés Manuel López Obrador.

En effet, la réforme du secteur électrique a été en partie motivée par les coupures d’électricité survenant dans le nord du pays au mois de février. Celles-ci sont dues à la rupture de l’approvisionnement en GNL en provenance du Texas, lequel a subi des tempêtes glaciales déchainées.

Malgré les vives critiques émanant des organisations patronales, notamment celles de la CCE (Conseil coordinateur des entreprises), Andreas Manuel Lopez Lobrador se félicite de l’adoption de cette mesure par les législateurs. En tout cas, il compte bien résorber les dettes de la compagnie publique s’élevant à 363 milliards de pesos en 2020.

L’impact de la réforme sur les prix de l’électricité ne peut pas encore être mesuré, mais les consommateurs peuvent toujours accéder aux meilleures offres du marché en se faisant aider par un comparateur énergie.

La réforme remet en cause les objectifs de la transition énergétique

Important Ce modèle que l’autorité mexicaine s’apprête à mettre en place va pénaliser la production d’électricité d’origine solaire et éolienne, et de ce fait, les entreprises étrangères qui ont investi massivement dans le secteur des énergies vertes.

Répliquant aux attaques de ses détracteurs, le président a annoncé la modernisation prochaine des centrales thermiques de la compagnie publique afin de pouvoir produire des énergies plus propres.

Mais ces efforts ne permettraient pas au Mexique d’atteindre ses objectifs de la transition énergétique (accroître la production d’électricité verte à 35 % dans les 4 prochaines années),

Signale le Cofece.

Je compare les offres