Portée par des facteurs exceptionnels, la croissance de prix est encore au rendez-vous ce septembre pour les TRV gaz

facture de gaz

Pour les millions de ménages rattachés aux tarifs réglementés hors taxe d’Engie, septembre est encore rangé sous la même enseigne que les cinq mois précédents en ce qui concerne leur facture gaz. Simplement parce que cette fois encore, le TRV gaz fera l’objet d’un accroissement tarifaire porté par des facteurs exceptionnels selon la CRE.

À la date du 25 août dernier, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a annoncé que la facture sera encore plus salée que les mois précédents pour les quelque 5 millions de foyers liés au contrat TRV gaz d’Engie.

Et puisque septembre est déjà là, inutile de préciser que le moment est venu pour ces ménages de faire face à une croissance moyenne de 8,7 % après celle enregistrée en août, juillet et les mois précédents. Une tendance haussière qui s’explique à travers facteurs selon la CRE mettant en exergue la part jouée par l’accroissement du prix de cette source d’énergie au niveau mondial.

Une tendance européenne et asiatique

D’après les observateurs, la tendance est à la hausse en ce qui concerne le prix du gaz ces derniers mois auprès des pays européens et asiatiques observant une croissance que les analystes qualifient d’inédite.

En y regardant de près, ces observateurs ont découvert que cette situation s’explique essentiellement à travers deux éléments majeurs :

  • La surcroissance des prix du gaz sur le marché mondial portée par le contexte exceptionnel lié à la crise sanitaire ;
  • La reprise économique mondiale engendrant un déséquilibre accordant l’avantage à la demande par rapport à l’offre.

Dans ce sens, ces experts ont précisé qu’en ce qui concerne l’Europe, l’offre fait gravement défaut pour deux raisons précises :

  • Une explosion des prix asiatiques incitant les fournisseurs à privilégier ce marché ;
  • Les niveaux des stockages européens qui sont au plus bas depuis des années rendant le système extrêmement sensible aux problèmes d’approvisionnement.

La France ne fait pas figure d’exception

En tant que pays membre de la zone euro, la France ne fait pas figure d’exception face à cette tendance haussière du prix du gaz forçant la Commission de régulation de l’énergie à adopter des mesures allant dans ce sens en ce qui concerne les tarifs réglementés d’Engie.

D’ailleurs, un simple comparatif gaz permettra aux 5 millions de ménages concernés de se rendre compte que cette croissance est au rendez-vous depuis le début du deuxième trimestre. Plus encore, ils ne manqueront pas de découvrir que cette amplification a été particulièrement élevée ces deux derniers mois en faisant allusion aux 10 % enregistrés en juillet et aux 5 % répertoriés en août de 2021.

Et aux dernières nouvelles, ils devront également faire face à une hausse moyenne de 8,7 % ce septembre selon la CRE précisant dans les détails que cet accroissement sera de :

  • 2,7 % pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson ;
  • 5,5 % pour les ménages qui ont un double usage (cuisson et eau chaude) ;
  • 9,0 % pour les foyers qui se chauffent au gaz.
Je compare les tarifs