Le prix du carbone en Europe franchit le cap des 80 euros la tonne

Cheminées

Le cours du carbone sur le marché européen est resté relativement stable depuis sa création en 2005, hormis quelques poussées d’inflation en 2011, puis en 2018. La situation a beaucoup changé cette année, sur fond de crise énergétique mondiale. Début décembre, le prix des « droits à polluer » établit un nouveau record.

Avec le système d’échange de quotas d’émission, l’Europe crée le premier marché mondial du carbone en 2005. Dès le départ, ce mécanisme était pensé pour mettre en pratique les ambitions climatiques de l’Union européenne, en poussant les secteurs d’activités les plus émetteurs de CO2 à compenser leur pollution au carbone.

À travers ses directives, l’UE peut influencer l’évolution des cours du carbone sur le SEQE, comme c’est le cas depuis 2021 et la réduction de 2,2 % du plafond global d’émissions. Ce changement réglementaire a accentué la pression haussière sur les cours du carbone, qui viennent d’établir un nouveau record début décembre.

Je compare les fournisseurs d'énergie

Des prix influencés par les engagements de la COP26

En plus des nouveaux règlements introduits par l’Union européenne, d’autres facteurs pèsent sur la hausse des prix du carbone sur le SEQE-UE. Le cours des combustibles fossiles en fait partie. Sous l’effet d’une reprise économique au-delà des attentes, les demandes en pétrole et en gaz se sont envolées. Cela entraîne logiquement une flambée des prix visible sur les sites de comparatif gaz et pétrole. Les experts soulignent également l’influence de la COP26, la dernière conférence environnementale où les émissions de carbone étaient au cœur des débats.

La signature de l’accord sur les « crédits carbone » a relancé l’intérêt des investisseurs pour le marché carbone. Dans les semaines suivant la COP26, la tonne de CO2 voit son prix augmenter de 25 %. L’ESMA, le régulateur des marchés financiers européens, avait pourtant martelé en novembre que la spéculation des investisseurs avait peu d’impact sur le cours du carbone.

L’évolution des prix à la suite de la COP26 semble indiquer le contraire. Surtout, l’inflation record du carbone laisse entrevoir une possible intervention de l’Union européenne. Les « droits à polluer » trop chers pénalisent en effet les entreprises, qui se retrouvent avec des coûts de production et de fonctionnement trop élevés. Selon les analystes, les cours du carbone en Europe dépassent déjà de 20 euros les projections de l’UE pour l’année 2030.

Je compare les fournisseurs d'énergie

Des droits à polluer négociés à des prix records

À cause de la flambée du prix du GNL, les producteurs d’électricité reviennent aux vieilles centrales à charbon, beaucoup moins chères, mais plus polluantes. Ce revirement de tendance contraint les énergéticiens à acheter plus de quotas carbone, alors que les volumes disponibles sur le marché sont limités.

En toute logique, le prix de la tonne de carbone s’envole sous la pression de ces demandes croissantes. Début décembre, la barre des 80 €/tonne – un record, évidemment  a été franchie sur le marché européen. Alors que l’hiver s’installe, les besoins en électricité de chauffage obligeront les producteurs à s’appuyer davantage sur les centrales à charbon.

Les prix du carbone devraient ainsi continuer de grimper. Certains experts estiment néanmoins que cette tension inflationniste retombera dans les prochains mois. Les entreprises et les consommateurs, eux, espèrent une décision radicale des dirigeants politiques lors du prochain sommet européen, prévu les 16 et 17 décembre.

Je compare les tarifs