Israël multiplie les accords énergétiques en Méditerranée orientale

Israel accod energetique

En Méditerranée orientale, l’État hébreu a noué de multiples partenariats visant à renforcer sa sécurité énergétique et ses liens avec l’Europe. Soutenu par d’autres pays opposés aux politiques turques, le pays a su monter un bloc pour freiner Ankara en usant de la diplomatie énergétique. Ces alliances risquent d’ailleurs de donner naissance à de nouvelles rivalités.

Les rivalités s’accentuent

L’East Mediterranean Gas Forum (EMFG) est en proie à des rivalités qui mettent en péril le futur du bloc régional. Ces divergences entraînent de facto une division régionale.

ImportantElles opposent Israël, la Grèce, l’Égypte, Chypre et l’Autorité palestinienne qui affichent davantage des tendances pro-occidentales d’une part, au Qatar et à la Turquie qui soutiennent une position pro-islamiste d’autre part.

Dans ce contexte de rivalité, Israël est parvenu à tisser des relations de partenariats énergétiques avec les pays qui désapprouvent les politiques turques.

Une diplomatie énergétique

Un protocole d’accord a été signé entre Israël, Chypre et Grèce relatif à l’installation d’un câble électrique sous-marin pour relier les réseaux électriques des pays concernés. Ce sera notamment la plus longue infrastructure du genre dans le monde.

Cette liaison électrique permettra à Israël et Chypre de réduire leur dépendance respective aux importations et leur vulnérabilité vis-à-vis des problèmes d’approvisionnement.

À long terme, les parties prenantes envisagent d’étendre cette liaison de Chypre à Grèce, puis à l’Europe. Ce qui permettra d’améliorer de manière significative la sécurité énergétique du bloc.

Des négociations sont aussi en cours entre l’État hébreu et Chypre pour trouver un terrain d’entente concernant le champ gazier Aphrodite-Yishai.

Plus de 90 % de ce champ se situe notamment en territoire chypriote. Le reste se trouve dans la ZEE (zone économique exclusive) israélienne.

Au mois de février, le pays a également signé un accord avec l’Égypte pour la construction d’un gazoduc permettant d’assurer le transport du combustible depuis le gisement de Leviathan en Israël vers les sites de liquéfaction en Égypte. Une entente qui renforce la position des fournisseurs de gaz de la région vers l’Europe.

Se libérer de l’influence turque

Cette diplomatie énergétique israélienne coupe l’herbe sous le pied de la Turquie. D’ailleurs, l’État hébreu se déclare ouvert à un partenariat avec son rival en ce qui concerne le gaz naturel sous certaines réserves.

Jérusalem exige notamment qu’Ankara modifie sa politique concernant l’exploitation du gaz naturel en Méditerranée orientale.

Archives

Je compare les tarifs