Le charbon domine le mix énergétique de l’Inde

Charbon domine inde

L’Agence internationale de l’énergie a passé au crible le développement énergétique de l’Inde. Le document rapporte une croissance fulgurante de la production et de la consommation énergétique du pays à partir de l’année 2000, avant d’être ralentie par la pandémie. Le pays fait également face à plusieurs défis concernant l’évolution de son mix énergétique.

Une forte augmentation des besoins

Après la Chine et les États-Unis, l’Inde est le troisième pays le plus énergivore au monde. Sa consommation énergétique a doublé au cours des vingt dernières années tirées par l’explosion démographique et l’amélioration significative de la qualité de vie des habitants. Sa consommation d’énergie par habitant s’établit toutefois largement en dessous de la moyenne mondiale.

Les estimations sur la consommation électrique anticipent une forte croissance des besoins énergétiques du pays dans les prochaines années. Des milliers de ménages devraient en effet s’équiper en climatisation et en voiture. D’autant plus que la population urbaine augmente chaque année d’une taille presque équivalente à celle de la ville de Los Angeles.

Important recours aux combustibles fossiles

ImportantSelon les statistiques, plus de la moitié de la consommation d’énergie primaire du pays provient du charbon. Ce combustible est à l’origine de 73 % de sa production électrique en 2019. Le système énergétique du pays repose en grande partie sur les combustibles fossiles dans son ensemble.

En effet, avec le gaz naturel et le pétrole, les énergies fossiles couvrent 91 % de ses besoins en énergie primaire. Les énergies renouvelables ne représentent quant à elles que 7,7 % de la production énergétique et 19 % du mix électrique. Le pays peut également compter sur la production de son parc nucléaire composé de 23 réacteurs.

Ajustement des prévisions

En ce qui concerne la question de l’énergie, l’Inde envisage de multiplier par quatre sa capacité de production d’électricité renouvelable sur les dix prochaines années. Le pays vise également une plus grande proportion du gaz naturel dans le mix énergétique. Pour réduire sa dépendance vis-à-vis des importations, le pays prévoit de produire davantage de charbon domestique.

La crise du coronavirus a toutefois ralenti le développement du système énergétique indien. Les chiffres 2020 rapportent une baisse de près de -5 % de la consommation énergétique du pays par rapport à l’année précédente. Le secteur enregistre également un repli de -15 % des investissements.

Les estimations concernant la consommation énergétique indienne à 2030 et publiées avant la crise sanitaire ont par conséquent été revues à la baisse. D’une hausse de près de 50 % avant la pandémie, les prévisions de croissance s’établissent désormais à 25 %.

Archives

Je compare les tarifs