EDF prévoit de construire un nouveau EPR sur le site de Penly

centrale nucléaire

En Seine-Maritime, Penly possède déjà deux réacteurs nucléaires mis en service au début des années 1990. Il a été aménagé pour en accueillir quatre. Ce critère a sans doute pesé dans la décision d’EDF, qui vient d’annoncer la construction d’un réacteur nouvelle génération sur ce site. Les élus locaux soutiennent le projet.

Après avoir un temps envisagé une sortie du nucléaire, la France revoit sa politique et mise de nouveau sur l’atome pour garantir son indépendance énergétique. En substance, c’est le contenu de l’allocution du président Emmanuel Macron le 9 novembre dernier. Selon lui, le pays a besoin d’investir dans des énergies décarbonées, afin d’atteindre la neutralité carbone en 2050. La construction de nouvelles centrales permettra aussi de produire de l’électricité à des coûts raisonnables. Au lendemain de cette adresse à la nation, EDF a choisi officiellement le site de Penly pour accueillir un réacteur nucléaire nouvelle génération.

Je compare les fournisseurs d'énergie

Des élus mobilisés en faveur des EPR

Le nucléaire français a un bel avenir devant lui. Longtemps hésitant sur la classification à donner à cette source d’énergie, l’État semble décidé à lui accorder à nouveau sa confiance, afin de concrétiser les objectifs de réduction de gaz à effet de serre inscrits dans l’Accord de Paris. Sur un comparatif énergie, l’atome brille en effet par sa faible contribution à la pollution atmosphérique.

Les centrales nucléaires ne brûlent pas de combustibles fossiles et rejettent donc peu de CO2 ou de gaz à effet de serre dans l’air. Cette faible empreinte environnementale et son coût raisonnable constituent ses principaux arguments. Et c’est largement suffisant pour gagner le soutien des responsables politiques, qui se montrent favorables à la construction d’un nouveau réacteur de type EPR à Penly.

Les élus de Penly et des communes environnantes, après l’annonce d’EDF, ont tous affiché leur soutien à ce projet, indépendamment de leurs couleurs politiques. Ces députés et maires se félicitent en avance des retombées économiques d’un tel chantier pour le territoire. Surtout, un consensus local semble se dégager pour faire de ce projet un moteur de relance de l’activité industrielle et de l’emploi de la région. Les élus ne veulent pas refaire les mêmes erreurs que sur le site de Flamanville, caractérisé par ses retards incessants et ses sous-traitants en cascade.

Je compare les fournisseurs d'énergie

Jusqu’à 8 000 emplois créés en 10 ans

Au-delà de l’accueil favorable des politiques et de la population, l’installation d’un nouveau réacteur à Penly suit une logique implacable. D’abord, le site lui-même remplit tous les critères techniques indispensables à un tel chantier critique.

Penly était conçu et aménagé dès le départ pour accueillir quatre réacteurs nucléaires. Le lieu abrite actuellement deux réacteurs opérationnels. Autre argument : l’emplacement de Penly convient parfaitement à une nouvelle centrale de type EPR. Le site dispose d’un accès immédiat aux lignes à haute tension et se trouve à proximité immédiate de la mer, une inestimable source de froid.

La région environnante possède également un réseau d’entreprises technologiques et de sous-traitants qualifiés pour la mise en œuvre d’un projet de cette envergure. Si tout se passe comme prévu, le projet EPR2 de Penly pourrait créer jusqu’à 8 000 emplois sur 10 ans dans la région dieppoise. La réalisation du chantier nécessiterait un investissement de 15 milliards d’euros.

Je compare les tarifs