Electricité et gaz : faut-il craindre des coupures cet hiver ?

estimation_consommation_électrique

L’inquiétude monte concernant les risques de pénurie d’électricité et de gaz. Le gouvernement en appelle les Français et les entreprises à la sobriété énergétique. Doit-on pour autant craindre des coupures de courant cet hiver ?

Faudra-t-il sortir les bougies et le réchaud cet hiver ? Pas d’inquiétude à avoir pour le moment, a rassuré Elisabeth Borne ce mardi 30 août. « On ne va pas couper le gaz chez les ménages français , mais il pourrait y avoir des coupures chez les entreprises, les gros consommateurs. Ça aurait des répercussions », a indiqué sur le plateau de l’émission Quotidien la Première ministre. Toutefois, selon elle, « tout ce qu'on peut faire pour baisser nos consommations » en tant que particulier n’est pas vain.

La semaine dernière, EDF a révélé que quatre réacteurs nucléaires souffrant de corrosion étaient à l’arrêt, sans compter les réacteurs en maintenance. Résultat : sur 56 réacteurs nucléaires au total, 32 ne sont pas fonctionnels aujourd’hui. Si les ménages devraient être épargnés en ce qui concerne le gaz, ils pourraient bien être impactés par des coupures d'électricité , tout comme les entreprises.

En effet, selon l’estimation consommation électrique des situations et des quartiers, des interruptions, plus couramment appelés « délestages », allant jusqu’à deux heures pourraient avoir lieu. Toutefois, quelques établissements (hôpitaux, bâtiments industriels à risque...) ou secteurs (éclairage de la voie publique par exemple) sont bien évidemment exclus de ce risque de coupure.

Je compare les fournisseurs d'énergie

Un effort demandé aux entreprises

À quelques semaines du début de l'hiver, le gouvernement envisage donc tous les scénarios, même les pires : d’un hiver rude avec des pics de froid à une interruption totale des livraisons de gaz russe. Sur France Inter, la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher, a présenté ce mardi le plan mis en place par le gouvernement pour faire face au risque de pénurie d'énergie cet hiver. Il se résume en quatre étapes, allant de la sobriété au rationnement, afin d’éviter une coupure généralisée.

En début de semaine, Élisabeth Borne exprimait son inquiétude devant les patrons du Medef à ce sujet, et leur demandait de « prendre leur part ». Elle les incitait ainsi à « arrêter dès maintenant toutes les consommations d’énergie qui ne sont pas indispensables ».

Si cette invitation n'est pas prise en compte, le gouvernement pourrait finalement mettre en place des mesures plus sévères à l'encontre des professionnels, en alourdissant par exemple la facture pour les plus gros consommateurs.

Je compare les tarifs