Les craintes de l’UFC-Que Choisir persistent, malgré les nouvelles mesures pour limiter le prix du gaz et de l’électricité

taux d’efficacité énergétique et factures

Profitant de son passage sur TF1, le Premier ministre Jean Castex a fait une annonce qui devrait apporter un bol d’air frais aux consommateurs. Ce, pour la simple raison que pour les soutenir face à la croissance du prix de l’électricité et du gaz qui n’est pas près de s’estomper, de nouvelles dispositions ont été adoptées par le gouvernement.

En procédant à un comparatif électricité ou gaz, les analystes se sont rendu compte que depuis la réouverture, de nombreux pays à travers le monde font face à une crise énergétique expliquant la tendance haussière du prix de ces produits auprès des consommateurs qui se fait remarquer depuis des mois. La France n’échappe pas à cette règle si ce n’est que de prendre en compte le fait la croissance tarifaire est au rendez-vous sur le territoire depuis janvier 2021.

Un accroissement qui n’est pas près de faire machine arrière selon Jean Castex annonçant que des mesures ont été prises pour en atténuer temporairement les impacts sur le budget des usagers. Une disposition peu suffisante aux yeux de l’UFC-Que Choisir.

Un bouclier tarifaire pour limiter les dégâts

Selon les experts, l’explosion du prix du gaz et de l’électricité qui se fait remarquer dans l’Hexagone depuis janvier et un peu partout dans le monde s’explique essentiellement à travers la reprise de la consommation au niveau mondial. Celle qui a engendré un déséquilibre accordant la faveur à la demande par rapport à l’offre sur le marché du gros.

Une tendance qui ne date pas d’hier selon l’UFC-Que Choisir rappelant qu’en une décennie, le prix de l’électricité en France a progressé de 50% en notant que dans le contexte actuel, cet écart ne fera que s’accentuer. Une éventualité que le gouvernement a prévu d’éviter selon Jean Castex dévoilant la mise en place d’un dispositif qu’il a qualifié de :

Bouclier tarifaire pour contrer le bond des prix de l’énergie.

Jean Castex

Dans les détails, le Premier ministre a fait savoir que jusqu’en avril 2022, cette mesure consistera à :

  • Limiter à 4% la hausse tarifaire en ce qui concerne l’électricité ;
  • Geler les tarifs réglementés du gaz.

L’inquiétude persiste auprès des consommateurs

Cette décision du pouvoir public est certes pour jouer en la faveur des consommateurs selon l’UFC-Que Choisir rappelant pour sa part que sans cette mesure, la croissance du prix de l’électricité aurait atteint la barre des 10% dans les mois qui viennent. Mais en y regardant de près, l’association s’est aussi rendu compte que ce n’est que partie remise étant donné que ce dispositif ne sera en vigueur que temporairement d’autant que Jean Castex a tenu à préciser que :

Les hausses qui auraient dû avoir lieu durant cette période de blocage seraient répercutées et lissées sur les mois suivants à compter d’avril, atténuant de facto les baisses qui étaient prévues à partir du printemps 2022.

Jean Castex

D’où l’inquiétude qui persiste auprès de cet organisme découvrant ainsi que :

Les consommateurs ne tireront aucun bénéfice d’un gel des tarifs, ils paieront la note.

Ainsi, cette association des consommateurs estime que d’autres pistes doivent être explorées pour éviter cet aboutissement qui risque de peser lourd sur le portefeuille des utilisateurs. De quoi, l’inciter à dire que la réduction de la TVA sur la consommation de gaz et d’électricité pourrait sauver la mise en attirant l’attention des parlementaires qui devraient faire le nécessaire pour intégrer cette solution dans la loi de finances 2022.

Je compare les tarifs