Les chantiers de lignes haute tension électrifient les débats en Allemagne

ingénieur travaillant sous une ligne haute tension

L’Allemagne veut accélérer le développement et la transformation de ses réseaux électriques, pour s’adapter au déploiement de nouvelles centrales solaires et photovoltaïques. Pour le moment, l’installation de ces lignes se déroule à un rythme trop lent. L’opposition des riverains à l’un de ces chantiers ne risque pas d’augmenter la cadence.

La décarbonation du secteur énergétique constitue l’une des priorités de la transition écologique en Allemagne. Dès son entrée en fonction, le nouveau gouvernement a réitéré sa volonté d’ériger le pays en leader de l’électricité verte en Europe et dans le monde. Le pays envisage surtout de sortir définitivement du nucléaire en 2022, avant d’éteindre ses vieilles centrales à charbon à une date ultérieure.

Pour préparer ces échéances, les projets d’énergies renouvelables se multiplient dans le nord du pays. En parallèle, des chantiers de pylônes à haute tension s’ouvrent partout en Allemagne, pour acheminer toute cette électricité verte. Ces projets font face à de nombreux obstacles.

Je compare les fournisseurs d'énergie

Un développement lent du réseau électrique allemand

Selon un site comparatif électricité, l’Allemagne installera environ 120 kilomètres de nouvelles lignes haute tension cette année. Cela représente un tiers des nouvelles lignes déployées en 2020, en pleine crise sanitaire. On observe de fait un fort ralentissement sur ce front, ce qui pourrait être problématique pour la transition écologique du pays.

Sans ces lignes haute tension, la nation allemande pourrait manquer ses objectifs de décarbonation de l’industrie et du secteur énergétique. Les autorités en sont bien conscientes. Dès 2020, elles ont mis en place une procédure simplifiée de demande d’installation de pylônes électriques. Cet aménagement devrait simplifier les étapes administratives, souvent à l’origine des retards sur les projets d’électrification des « lands » germaniques. Le gouvernement fédéral a aussi inscrit des mesures qui limitent les possibilités de recours des riverains et des associations. Sur certains chantiers, ces résistances locales ont causé bien de soucis aux compagnies énergétiques.

C’est notamment le cas de 50 Hertz avec ses pylônes à haute tension reliant Neuenhagen à Bertikow, autour de Berlin. Les riverains ont obtenu devant la justice l’interruption de la construction d’un tronçon de la ligne, en invoquant les menaces qui pèsent sur la biodiversité de la réserve naturelle de Schorfheide-Chorin. Soutenus par l’association écologiste Nabu, les riverains exigent que cette portion contourne la réserve ou passe par un réseau souterrain. La société 50 Hertz a refusé ces deux suggestions et préfère attendre un jugement de fond attendu en 2022.

Je compare les fournisseurs d'énergie

Des lignes haute tension vers les régions industrielles

Après quelques mois de blocage, le chantier a pu reprendre partiellement cette année. Selon les plans de l’énergéticien 50 Hertz, ce projet rajoutera 115 km de lignes haute tension supplémentaire autour de Berlin. Cela représente une infime portion des besoins du pays, chiffrés à plus de 12 000 kilomètres de câbles de transport d’électricité verte à haute tension. La raison de cette demande importante est très simple.

À la différence des centrales nucléaires et des centrales à charbon, les sites de production d’électricité verte ne sont pas éparpillés sur le territoire allemand. Ils se concentrent essentiellement dans le nord du pays. Pour alimenter les industries regroupées dans la partie Sud, l’Allemagne doit construire ainsi de nouveaux réseaux électriques pour assurer le transport de l’électricité verte produite dans le Nord. Le déploiement de ces réseaux est urgent, sachant que le pays ambitionne de produire 80 % d’électricité d’origine renouvelable d’ici 2030.

Je compare les tarifs