Les fortes chaleurs n’affectent pas encore les réseaux électriques français

femme devant un ventilateur

Malgré la hausse des températures, les réseaux électriques en France tiennent le choc. Et alors que Météo France a annoncé un été chaud et sec, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité n’a pas fait de déclaration spéciale. Le réchauffement climatique et l’accélération de la transition énergétique pourraient cependant changer les choses.

La France mieux lotie que les États-Unis

Confrontée à de fortes vagues de chaleur, la Californie rencontre actuellement des difficultés à garantir l’approvisionnement en électricité. En France, le thermomètre grimpe également, mais la situation n’est pas trop grave pour inquiéter les autorités.

En effet, bien que les niveaux de consommation soient élevés cet été, ils restent bien inférieurs à ceux mesurés en hiver.

Par ailleurs, les climatiseurs restent moins sollicités en France, contrairement en Californie où le dôme de chaleur provoque une hausse de l’usage de la climatisation, et entraîne ainsi des coupures de courant.

Thomas Veyrenc, directeur exécutif chez RTE, explique que

Après un comparatif électricité, il apparait que seulement 1 % de la consommation électrique en France est dédié à la climatisation, contre 16 % aux États-Unis. Pendant les pics de chaleur, celui-ci peut atteindre 70 % de la consommation résidentielle aux États-Unis, alors qu’en France, pendant les jours les plus chauds, il varie entre 25 % et 30 % de la consommation résidentielle.

Thomas Veyrenc

La canicule entraîne une baisse de la production énergétique

Important Comme les fortes chaleurs entraînent une forte évaporation de l’eau, les barrages produisent moins d’électricité. Et lorsque la canicule est causée par un dôme de chaleur, il n’y a pas de vent, et donc la production éolienne diminue également.

Dans certains cas, et contre toute attente, les vagues de chaleur font baisser la production photovoltaïque. De même, pour éviter la surchauffe des cours d’eau, les réacteurs nucléaires ont dû être mis à l’arrêt (11 réacteurs sur 58 en France).

Le renouvellement des câbles pour faire face au réchauffement climatique

Les réseaux électriques français tiennent le coup, mais pas indéfiniment. Beaucoup d’investissements sont encore à prévoir.

En effet,

Environ 30 000 kilomètres de câbles de l’ancienne technologie peuvent craquer sous de fortes températures et sont donc à remplacer d’ici 2035,

Thomas Veyrenc

Explique Antoine Jourdain, directeur technique d’Enedis.

Les travaux ont débuté depuis 2010 et 16 000 kilomètres de câbles anciens ont déjà été changés.

Je compare les tarifs