L’énergie marémotrice a un potentiel immense, mais elle reste sous-exploitée

turbine

En matière de production d’électricité, les alternatives aux énergies fossiles demeurent nombreuses. Certaines ne sont plus à présenter, mais d’autres gagnent à être connues. La force des courants marins et de la marée, par exemple, peut être une grande source d’énergie, avec une capacité insoupçonnée. Problème : son exploitation se heurte à quelques obstacles d’ordre technique et environnemental. Ces difficultés ont découragé les fournisseurs d’énergie, lesquels ont préféré se tourner vers les énergies solaires et éoliennes.

Une grande capacité, mais une mise en place complexe

La technologie marémotrice, qui utilise la force des courants marins et de la marée pour produire de l’électricité, reste prometteuse.

Important D’après les estimations, si cette solution était exploitée au mieux de son potentiel, elle pourrait fournir jusqu’à 1 800 TWh/an (térawattheures par an).

Pour avoir un ordre d’idée de l’importance de ce chiffre, il faut savoir que cela représente la totalité de la consommation française sur quatre ans.

Mais alors, pourquoi cette source d’énergie est-elle encore si peu développée ? En réalité, même si elle fait assurément partie des énergies propres, elle n’est pas sans effets négatifs sur l’environnement.

Ajouté à cela le fait que les technologies à disposition ne permettent pas pour l’instant d’optimiser le rendement de cette source renouvelable.

Un marché qui commence à être disputé

Malgré les difficultés d’installation, de nombreuses start-ups se lancent aujourd’hui sur ce marché. Chacune d’elles pense disposer de la solution efficiente permettant à la centrale marémotrice de fournir le maximum de son potentiel, tout en limitant les impacts néfastes pour l’environnement.

Orbital Marine Power figure parmi les jeunes pousses les plus prometteuses dans ce domaine. La green tech a créé « O2 », une turbine marémotrice qu’elle n’hésite pas à qualifier comme étant la station la plus puissante au monde. Celle-ci est en effet capable de produire jusqu’à 2 MW (mégawatts), soit l’équivalent de la consommation annuelle d’un foyer en Angleterre.

Dans tous les cas, si la start-up arrive à commercialiser le courant ainsi produit, cela amènera de la concurrence dans le secteur. Ce qui contribuerait à faire baisser le prix de l’électricité. Dès lors, le recours au comparatif électricité se révèle judicieux.

Je compare les tarifs