Crise mondiale de l’énergie: on vous explique tout en 10 questions

Explication crise énergie

Catastrophe, les tarifs du gaz et de l’électricité augmentent. Le gouvernement tente de résoudre le problème, or personne n’est dupe : ce sont nous autres, Français, qui allons trinquer. Mais nous n’allons pas nous laisser faire car il y a de vraies solutions pour se protéger contre la hausse continue des prix.

Tentons d’y voir plus clair en ce nuage brumeux sur notre comparateur énergie, tour d’horizon en dix questions.

1) Que se passe-t-il ?

En France, sur le marché de l'énergie (gaz et électricité), il existe deux types de fournisseurs :

  • Le marché dit traditionnel : Engie (ex-GDF, qui s’occupe du gaz) et EDF (de l’électricité.)
  • Le marché des fournisseurs alternatifs (comme Total Energie, ENI, Iberdrola etc.) Ce marché est ouvert depuis 2007.

Le marché dit traditionnel est régi par la CRE - Commission de régulation de l'énergie. Elle fixe chaque mois le coût du gaz, ce qu’on appelle le TRV – le Tarif Réglementaire en Vigueur.

Les fournisseurs alternatifs s'approvisionnent pour partie auprès d'EDF et d'Engie que ce soit en gaz ou bien en électricité. Ce, à un prix fixé en début d’année. Le principe est qu’en souscrivant à l’une de leurs offres, vous puissiez profiter d’un tarif plus avantageux.

Notre Premier Ministre, Jean Castex, a annoncé que le gouvernement « gelait le prix du gaz » - soit qu’il n’obéirait pas à la recommandation de la CRE.

Les tarifs pratiqués sur le marché traditionnel seront donc bloqués jusqu'en avril 2022 (en pleine période électorale...tiens tiens.)

Et l'électricité n'augmentera que de 4% au lieu de 12% au mois février.

2) Qu'est-ce qui augmente ?

Le prix de l’énergie, soit les coûts du gaz et de l’électricité.

3) Suis-je concerné(e) ?

Alors... Mauvaise nouvelle : oui, sauf si vous avez déjà un contrat en cours à prix fixe temporairement.

4) Pourquoi le prix du gaz augmente-t-il ?

Résumons la situation en trois points :

  • Raison conjoncturelle : nous sortons de la crise de la Covid. Nous avons utilisé moins d’énergie et désormais, il faut tout rebrancher, tout réenclencher, le système n’était pas prêt.
  • Raison géopolitique : la Russie. Privet ! Pour faire court et clair : la Russie est notre principal fournisseur de gaz. Or, deux soucis. Tout d’abord, nous ne sommes plus, nous l’Europe, leur seul client. Le pays russe s’ouvre au marché asiatique – oui, il nous quitte pour une autre... oui, nous le prenons assez mal... oui, nous acceptons le couple libre alors va pour le « trouple » également nommé « ménage à trois. » De plus, le gaz est distribué par la société russe Gazprom via l’Ukraine (ahem, on s’épargne le résumé de la crise russo-ukrainienne, mais nous avons l’idée). La construction d’un nouveau gazoduc (Nord Stream 2) qui passerait par l’Allemagne prend du temps, ce qui a aussi un impact sur les volumes fournis.
  • Raison météorologique : nous n’avons pas eu de vent cet été. Donc, les parcs éoliens ont assez peu fonctionné. (Proposition personnelle : tous une éolienne dans le jardin et on souffle dessus ? Les asthmatiques sont exemptés.)

5) Pourquoi est-ce si important ?

Cette situation est inédite. Elle est historique. Après la crise sanitaire, celle de l’énergie. Jamais nous n’en avons manqué. Jamais les prix furent aussi élevés. Et puis, ce n’est pas la seule crise à venir, il y en a même une des composantes électroniques* sans parler de pénurie de carburant...

*Il est prévu une carence de la production des jouets... pour la fin de l’année. L’idée, c’est que si on veut faire plaisir à nos enfants pour Noël, il faudrait s’y mettre là tout de suite maintenant. Et Joyeux Noël à tous les parents qui vont offrir des jeux en bois à leurs bouts de chou qui ne rêvent que d’une voiture téléguidée - et encore, il me semble que ce jouet est « has-been » ? Mais de mon époque...

De plus, nous savons que ce coût représente une part certaine de notre budget – et que cette hausse impacte directement notre pouvoir d’achat. Nous sommes donc, chez Meilleurtaux, mobilisés pour s’en sortir ensemble.

6) Qu'est-ce que je peux, concrètement, faire ?

Tout simplement souscrire à un contrat chez un fournisseur dit alternatif. Ici, le tarif est encore à un prix inférieur à celui du Tarif Réglementation en Vigueur d’EDF et Engie (le TRV). Et idéalement, prendre un contrat à tarif fixe pendant au moins 1 an, voire 2 ans. Parce que...

7) Que risque-t-il de se passer ?

Pour ceux qui ne changent pas de fournisseur (et qui décident de faire confiance au gouvernement), deux grosses hausses sont à prévoir. Une première en février pour l’électricité. Et surtout, une très probable grosse hausse pour le gaz à partir d'avril 2022 (si pas de contrat à tarif fixe). Il faudra bien rattraper les « efforts » du gouvernement.

8) Pourquoi dois-je agir maintenant ?

Il s’agit avant tout d’anticiper. Et de choisir un contrat donc chez un fournisseur alternatif qui me protège de la hausse des tarifs de l’énergie, pour au moins un an ou deux. (Et puis entre nous soit écrit, ce n'est pas dit qu'il change d'avis, notre Premier Ministre.)

9) Comment Meilleurtaux peut vous aider ?

Tout d'abord, en vous informant, en vous expliquant clairement ce qu'il se passe.

Ensuite, en vous aidant à comparer les différentes offres du marché des fournisseurs d'énergie en France.

Enfin, en vous conseillant et vous accompagnant dans cette prise de décision ainsi que ce changement. Changement qui n’est pas compliqué d’effectuer. (C’est promis, simple comme bonjour et puis, on pourra acheter plus de champagne à Noël.)

10) À titre individuel, avons-nous un rôle à jouer ?

Oui, en apprenant à bien consommer, à mieux consommer notre énergie. Pour cela, suivez-nous sur les réseaux sociaux, nous y délivrons régulièrement des astuces de consommation. Notamment sur notre compte Twitter.

Je compare les tarifs