La fusion entre Veolia et Suez sur la bonne voie

bateau

Le rapprochement entre Veolia et Suez est sur le point de se concrétiser. Les deux entités ont entamé toutes les démarches nécessaires à une fusion. Elles ont fourni les détails du nouvel accord qu’elles comptent mettre en place et attendent désormais l’aval des autorités de la concurrence pour boucler le dossier. Ceci devrait arriver avant la fin de cette année.

Autrefois concurrents, bientôt alliés

La frontière entre la concurrence et l’alliance peut parfois être très mince. Jusqu’ici, Veolia et Suez apparaissaient bien distinctement dans le comparatif énergie. Mais bientôt et selon toute vraisemblance, ce n’est plus qu’une question de temps avant que les deux entreprises ne figurent sous la même enseigne.

Le projet de fusion a été officiellement soumis à consultation, d’abord auprès des instances représentatives du personnel (IRP) chez Suez, puis auprès de Finexsi, un expert indépendant chargé d’attester de l’équité de l’opération. La phase d’examen au sein de Suez devrait s’étaler sur un mois.

Important D’après les accords de fusion-absorption prévus, une fois les conventions signées et l’alliance conclue, ce sera Suez qui va tomber dans l’escarcelle de Veolia. Cette dernière devrait soumettre son OPA une fois les procédures citées ci-dessus complétées.

Par ailleurs, les deux parties seraient déjà tombées d’accord sur le prix de l’opération. Le montant convenu est de 20,50 euros l’action.

Sauf retournement de situation, la soumission de l’OPA ne devrait être qu’une formalité, le plus dur étant d’obtenir l’aval des autorités compétentes (obtention de l’accord antitrust).

Un chamboulement se prépare chez Suez

Une fois la fusion complétée, Suez arborera un tout autre visage. Déjà, Veolia injectera de nouveaux fonds pour renforcer son capital.

Et outre les deux actionnaires principaux que sont les fonds Meridian et GIP (fonds américain), les salariés de l’entreprise seront également invités à participer. Initialement, ces derniers se partageront 3 % de parts, mais ce chiffre est amené à vite évoluer pour passer à 5 %.

La Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) sera également actionnaire, d’abord à hauteur de 19 %, mais cette participation sera revue à la baisse quand les parts des employés augmenteront.

Archives

Je compare les tarifs