Les énergies renouvelables évincent les combustibles fossiles

Energies renouvelables combustiles fossiles

Selon une étude récente, la plus grande part de la production d’électricité européenne en 2020 provenait des énergies renouvelables. Ces dernières pesaient 38 % du mix énergétique contre 37 % pour les combustibles fossiles. Le nucléaire étant à l’origine du reste. Il s’agit d’un pas historique sur le chemin de la transition énergétique.

Hausse de la production d’électricité éolienne et solaire

Cette situation inédite est le produit de plusieurs facteurs. Elle s’explique d’une part par une hausse importante de la capacité de production éolienne et solaire et, d’autre part, par la baisse de la consommation électrique pendant les périodes de confinement. Celle-ci ayant chuté de -4 % sur toute l’année sur l’ensemble de la zone Europe.

Important Il faut savoir que les énergies issues des panneaux solaires et des éoliennes bénéficient d’une « priorité d’injection » sur les réseaux. Pour cette raison, elles n’ont pas eu besoin de réduire leur production en dépit de la faiblesse de la consommation.

Selon le document, la part des énergies renouvelables dans le mix électrique aurait été encore plus importante si la demande d’électricité n’était pas repartie à la hausse au printemps.

Dans les détails, la production d’électricité éolienne présente une progression de +9 % au cours des douze derniers mois. L'augmentation est de +15 % pour l’électricité solaire.

Ensemble, ces deux types d’énergies totalisent un cinquième de la production électrique du continent. La part des bioénergies et de l’hydraulique est restée inchangée.

Repli des autres formes d’énergies

En ce qui concerne les énergies fossiles, le comparatif d’énergie révèle une évolution inverse, plus particulièrement pour le charbon. L’an dernier, la production électrique issue du charbon a chuté de -20 %. En comparaison à son niveau de 2015, elle a fondu de -50 %. Celle des centrales au gaz a quant à elle reculé de -4 %.

La production d’électricité nucléaire affiche également un repli de 10 % en 2020, une première historique. Cette chute est plus importante que celle survenue en 2011 après la mise à l’arrêt des centrales outre-Rhin.

Selon les explications, cette baisse est due à la fermeture des installations nucléaires suédoises et allemandes, ainsi qu’à la faible disponibilité des réacteurs français et belges.

Pour maintenir cette tendance sur le long terme, le document table sur une croissance soutenue de l’énergie solaire et éolienne pour répondre à la reprise de la demande d’électricité.

Archives

Je compare les tarifs