Retour sur le site meilleurtaux.com

Les utilisateurs peuvent contribuer à la préservation du réseau internet d’un éventuel black-out lié à la surconsommation

Gros plan sur la connexion ethernet d'un modem.

Covid-19, ce virus mortel a aussi l’air de vouloir s’attaquer au réseau internet. Du moins, d’une manière quelque peu différente de celle pratiquée par les virus informatiques en faisant des consommateurs son arme principale à travers la surconsommation pouvant entraîner un black-out total du système. Une éventualité que les utilisateurs peuvent cependant écarter.

Maintenant que les mesures de confinement ont été décrétées, un simple comparateur Internet a permis de découvrir que des pics de connexions se font remarquer plus fréquemment qu’en période normale. Ce qui pourrait être une excellente nouvelle pour les affaires des opérateurs spécialisés dans ce domaine, sauf que ce phénomène de surconsommation n’est pas sans risque dans l’optique où il entraîne une saturation du réseau pénalisant davantage les entreprises.

Autant dire qu’il s’agit là d’une autre manière pour le Covid-19 d’attaquer à distance les ménages qui peuvent cependant contribuer à la préservation du système en adoptant des stratégies pouvant empêcher cette épidémie de nuire.

Une menace pour le réseau internet

Le coronavirus n’est certainement pas un virus informatique. Toutefois, force est de constater qu’il représente une menace pour le réseau internet et par conséquent, pour les ménages et les entreprises qui dépendent grandement du système depuis que les mesures de confinement ont été proclamées.

Tout simplement parce que le numérique permet aux structures entrepreneuriales de poursuivre leurs activités à travers le télétravail et les visioconférences et aux Français de mieux supporter l’isolement avec les jeux vidéo en ligne, le visionnage de films en streaming ou encore les cours à distance.

C’est d’ailleurs là que réside le problème puisque cette situation entraîne un phénomène de surconsommation en notant que la France enregistre actuellement quelque 29,8 millions de foyers abonnés à ADSL ou à la fibre optique.

Soit, autant d’usages engendrant des flux inhabituellement élevés qui ne manquent pas de susciter l’inquiétude auprès des autorités publiques appréhendant l’éventualité d’un black-out du réseau.

Un souci qui est pour le moment écarté si l’on croit les gestionnaires et les opérateurs spécialisés dans ce domaine à l’instar d’Orange, de Bouygues ou de SFR qui ont tenu à faire savoir que les infrastructures existantes sont assez résistantes pour encaisser ces pics.

Le pire peut être évité

Pour le gouvernement, le pire serait de voir un black-out du réseau maintenant que les entreprises et les Français dépendent essentiellement de ce système. C’est d’ailleurs la raison l’incitant à faire appel à la bonne volonté de chacun pour l’aider à éviter le pire.

Dans ce sens, l'autorité de régulation des communications (Arcep) à travers le Secrétaire d'État chargé du Numérique a par exemple demandé aux utilisateurs de prendre part à cette lutte en faisant valoir dans un communiqué que :

Je suis conscient que la période de confinement est un moment collectif difficile à traverser, mais certains réflexes permettent de préserver les réseaux sans se priver des usages.

Loin de se contenter d’encourager les internautes, ce responsable a d’ailleurs énuméré certaines bonnes pratiques permettant d’éviter cette saturation tant redoutée. Entre autres :

  •  Donner la priorité à l’usage du Wi-Fi et délaisser les réseaux 3G et 4G sur Smartphone ;
  •  Télécharger les séries et les films en streaming plutôt que de les regarder en ligne ;
  •  Profiter des heures creuses (avant 7h et après 23h) pour effectuer les téléchargements ;
  •  Éviter de conjuguer les visioconférences avec d’autres usages nécessitant une consommation élevée de bande passante.

Et parlant de bande passante, il faut rappeler que l’exécutif s’est aussi adressé aux fournisseurs de contenus comme Dailymotion, Netflix et YouTube pour leur demander de mettre un frein sur les services les plus gourmands. C’est chose faite puisque ces derniers ont récemment annoncé qu’ils se sont mis à limiter les vidéos à très haute définition pour ne plus fournir que des images à faibles résolutions.

Pourquoi payer plus cher ?
Quelles offres souhaitez-vous comparer ?
Electricité Gaz Internet
Je compare
Je compare les tarifs