L’Union européenne se montre plus ferme concernant la protection et la confidentialité des données

Union europeenne protection confidentialité données

La protection des données utilisateurs sur Internet est un sujet sensible. Beaucoup pensent que l’anonymat et la confidentialité des données sur la Toile ne sont que pure utopie. La nouvelle proposition de loi concoctée par l’Union européenne (UE) a pour vocation de les rassurer.

WhatsApp, Messenger, Skype et Zoom rentrent dans le rang

Elles font partie des plateformes de communication les plus utilisées et pourtant, l’Union européenne n’a, jusque-là, pas réussi à encadrer les protocoles de confidentialité de Messenger, Skype, WhatsApp et Zoom.

ImportantLe nouveau texte de loi adopté par l’UE change la donne puisqu’il lui accorde désormais un droit de regard sur la politique de confidentialité de chaque plateforme. La démarche vise à renforcer la confidentialité des données partagées par les internautes (les métadonnées) afin qu’elles ne soient pas divulguées ou exploitées sans le consentement formel de leurs propriétaires.

Avant l’adoption de ce texte, les plateformes citées ci-dessus jouissaient d’une certaine liberté dans l’exploitation des métadonnées. Les utilisateurs devaient se contenter de croire en la bonne foi de la plateforme quant à une éventuelle utilisation non conforme aux attentes et à l’éthique.

La défiance des utilisateurs

Les adeptes des théories du complot soupçonnent la technologie numérique de les surveiller et d’intercepter toutes les données qu’ils s’échangent sur la Toile.

S’il apparait difficile de prouver ou de démentir la véracité de leur propos, beaucoup sont toutefois convaincus que les informations qu’ils partagent ne se limitent pas à l’audience qu’ils ont définie.

Ce nouveau texte, qui vient en complément du règlement général sur la protection des données (RGPD), vise à réinstaurer la confiance des utilisateurs vis-à-vis de la communication numérique.

Pour les besoins de la justice

ImportantLes plateformes et les opérateurs de communication peuvent toutefois mettre à la disposition de la justice les métadonnées des utilisateurs, sans le consentement de ces derniers, pour les besoins d’une enquête criminelle ou s’il est question de la sécurité nationale.

Avant de recourir à un comparateur offre Internet et de souscrire un abonnement, le futur utilisateur a besoin d’avoir l’assurance qu’il évoluera sur la Toile en toute sécurité et que les renseignements sensibles lui concernant ne tomberont pas entre de mauvaises mains.

Ce nouveau texte n’aura pas vocation à annihiler toutes les actions frauduleuses des pirates informatiques, mais il fait office de garde-fou supplémentaire.

Archives

Je compare les tarifs