La Chine prend part à la course au déploiement d’internet à haut débit par satellites

accès à internet via un appareil

La Chine entend prendre part à la course au déploiement d’internet à haut débit par satellites. Il s’agit là de l’une des grandes nouvelles annoncées récemment par le gouvernement chinois qui a décidé de mettre sur pied un groupe en charge de l’accomplissement d’un ambitieux dessein allant dans ce sens.

Grâce au comparatif internet, entreprises et institutions se sont rendu compte que la connexion par satellite est une alternative efficace pour servir les zones géographiquement inaccessibles aux réseaux terrestres à l’instar de la fibre optique ou de l’ADSL. Raison pour laquelle, fournisseurs et gouvernements sont de plus en plus nombreux à prendre part au déploiement d’internet à haut débit dans l’espace en misant sur les réseaux satellites.

Dans ce sens, l’État chinois, à travers le SASAC qui est la Commission de supervision et d’administration des actifs rattachée à ses services, a fait savoir qu’il est désormais de la partie en confiant la tâche à China Satellite Network Group. L’organisme créé pour l’occasion dans le but de développer et d’exploiter près de 13 000 satellites à large bande.

Une ambition qui ne date pas d’hier

Pour la Chine, favoriser la communication par internet est une ambition qui ne date pas d’hier. Du moins, si l’on se réfère aux documents déposés par le pays auprès de l’Union internationale des télécommunications (ITU). Ceux qui, en septembre de l’année dernière, ont fait valoir que la nation envisageait de déployer des satellites dans l’espace à environ 500 à 1 145 kilomètres d’altitude.

Son objectif, accorder l’accès à internet à haut débit dans les zones défavorisées sur l’ensemble de son territoire. Mais pas seulement puisqu’en parallèle, le pays s’est aussi fixé comme but d’améliorer les communications entre les nations de la nouvelle route de la soie.

Ainsi, il serait utile de préciser qu’en empruntant cette voie, la Chine a prévu de favoriser sa liaison par voies maritimes et ferroviaires avec l’Europe en passant par la Russie, le Kazakhstan, la Biélorussie, l’Allemagne, la Pologne, le Royaume-Uni et la France.

L’heure est à la concrétisation

À travers l’annonce de cette nouvelle concernant le déploiement de ses satellites, il serait facile de déduire que la Chine est prête pour la concrétisation de ce projet entretenu depuis septembre 2020.

Dans ce sens, le SASAC a fait savoir que les travaux ont déjà commencé à travers la création de China Satellite Network Group, l’organisme en charge de l’exécution de cet ambitieux dessein qui vise le déploiement de quelque 12 992 satellites à large bande supportés par deux constellations. Soit, autant d’installations qui serviront de relais de relais de communication pour servir les zones susmentionnées.

Ainsi, tout indique qu’en prenant cette décision, la Chine est aussi lancée dans cette course effrénée dans laquelle différents acteurs pensent prendre part si ce n’est que de prendre en exemple le cas de :

  • SpaceX qui a déjà lancé 1 737 satellites Starlink en orbite ;
  • Amazon cherchant à concrétiser son projet Kuiper qui consiste à déployer 3 236 satellites en orbite basse.
Je compare les tarifs