Retour sur le site meilleurtaux.com

La désinformation est devenue aussi virale que le Coronavirus

Jeune homme surfant sur internet qui fait la moue.

La lutte contre la désinformation gagne de plus en plus d’ampleur durant cette crise sanitaire du Covid-19. On parle même d’une propagation sans précédente des « fake news » autour de la maladie et de la situation actuelle. Les traqueurs de ces fausses informations se mobilisent donc de plus en plus afin d’éviter d’intoxiquer la population.

Il est aujourd’hui difficile de faire la distinction entre une source fiable et une autre frauduleuse en ce qui concerne les informations sur la toile. Malgré la présence de bon nombre de gestionnaires de données, tels qu’un comparateur internet, le filtrage des nouvelles qui circulent devient un rude travail.

À chaque instant, des sites web diffusent des informations non conformes à la réalité. Certaines publications sèment la panique tandis que d’autres génèrent des actions ou des pratiques inutiles, voire dangereuses, vis-à-vis du Coronavirus.

Les enjeux de ces « fakes news » ne doivent pourtant pas être négligés. C’est la raison pour laquelle il est devenu crucial de mener une lutte acharnée contre la désinformation, et ce, à l’échelle mondiale.

La lutte contre la désinformation menée par Camille François

La propagation presque incontrôlée des fausses informations constitue actuellement un véritable problème durant cette crise sanitaire du Coronavirus. Il s’agit d’un phénomène de société, dont les répercussions sont de plus en plus à craindre étant donné que la plupart des gens se fient à Internet pour s’informer et suivre les actualités.

Des campagnes de lutte contre la désinformation sont de ce fait lancées. Une solution qui voit d’abord le jour sur les réseaux sociaux.

À préciser, l’une d’entre elles est l’initiative de la chercheuse française Camille François, qui s’avère être une grande spécialiste de la chasse aux « fakes news » sur Internet. Elle figure parmi les 35 meilleurs innovateurs de moins de 35 ans de la MIT Technology, puis parmi les 100 étoiles montantes qui vont changer le monde dans le classement du magazine Times. Camille François a notamment participé dans la lutte contre les discours violents sur le Web.

Après avoir rejoint en 2018 Graphika, une société spécialisée dans l’analyse de l’influence des Trolls, des bots, des fake news et théories du complot sur les utilisateurs des réseaux sociaux, elle vient de mobiliser une équipe à même de mettre à jour de nombreuses désinformations. Elle se consacre, notamment, dans l’analyse des faux comptes sur Facebook et Twitter. Elle enquête également sur les cyberguerres et les harcèlements en ligne.

Déroulement de la lutte contre la désinformation

Camille François entouré de son équipe de geeks, analyse les systèmes de conversions sur les différentes plateformes. Ils étudient comment les informations circulent entre elles grâce à l’outil Learning et détectent les campagnes de manipulation des informations grâce à la méthode du digital forensics. Ils usent des nouvelles investigations numériques et la science des données pour travailler plus rapidement. Ils appliquent notamment les principes du network science ou bien encore du natural language processing.

D’après leurs analyses, Camille François et son équipe ont pu détecter les fakes news les plus répandus dans les réseaux sociaux. Ils tournaient principalement autour du Covid-19. Mais les plateformes ont aussi mis en place leur stratégie de lutte par la suppression systématique de nombreux contenus. Parmi les contenus problématiques qui inondent les réseaux de désinformations, se trouvent :

  • Les propos racistes et anti-immigrants ;
  • Les sujets conspirationnistes ;
  • La mésinformation médicale autour des chiffres et statistiques ;
  • Les fausses révélations autour des remèdes possibles du Covid-19.
Pourquoi payer plus cher ?
Quelles offres souhaitez-vous comparer ?
Electricité Gaz Internet
Je compare
Je compare les tarifs