Retour sur le site meilleurtaux.com

L’internet est tenaillé entre une concurrence technologique et une régulation quelque peu prohibitive

Gros plan sur les éléments http://www dans la barre d'url d'un navigateur

Ayant fait ses premiers pas depuis les années 1990, Internet s’inscrit aujourd’hui comme un outil irréfutable pour bon nombre d’opérations dans le quotidien de la moitié de la population mondiale. Force est pourtant de constater qu’actuellement, il navigue en eaux troubles. En cause, la fragmentation technologique entre la Chine et les États-Unis, ainsi que celle d'ordre réglementaire.

Communication rapide, optimisation du savoir et de la culture, facilité d’accès à des professionnels médicaux, confort et bien-être découlant des objets connectés… la connexion web constitue, sans aucun doute, l'épine dorsale de l'économie numérique, mais surtout une technologie devenue fort indispensable pour la plupart des gens. D’autant que les offres pullulent sur le marché, et les meilleures sont à portée de main grâce aux services d’un comparateur Internet.

Ce qui ne le met pas pour autant à l’abri de certaines menaces, notamment à l’heure actuelle d’une double fragmentation. Il se trouve, en effet, au cœur d’une guerre commerciale entre les USA et la Chine et subit incontestablement ses méfaits. Outre cela, l’ingérence des États dans l'activité numérique de leurs citoyens pourrait porter atteinte à la liberté d’expression et d’information.

Et au milieu se trouve une guerre commerciale

Près de la moitié de la population mondiale, 49,7% selon les statistiques de 2017, dispose de moyens de connexion bien que leur préférence diffère nettement d’un utilisateur à un autre, avec des usages et des référentiels de plus en plus distincts. Il faut dire que la concurrence est rude.

En haut du tableau s’opposent justement deux puissances mondiales en matière de technologie, dont la Chine et les États-Unis, livrés depuis quelque temps à une guerre commerciale scindant tangiblement les consommateurs chinois des Occidentaux.

Rien n’indique pourtant qu’il s’agit d’un contexte à des fins autarciques. En effet, il s’agirait plutôt de deux systèmes technologiques qui se disputent la première place sur les marchés internationaux.

Cette segmentation technologique s’inscrit, entre autres, à travers les sanctions infligées à la Chine par le président américain Donald Trump, poussant les sociétés chinoises à élaborer elles-mêmes bon nombre de produits importés jusqu’ici. Comme c’est le cas dans le secteur des semi-conducteurs.

S’ajoutant à cela, la revente de l'application de rencontres Grindr imposée à Beijing Kunlun Tech, suite à la requête du CFIUS (comité chargé de surveiller les investissements étrangers aux États-Unis) l’année dernière.

Une décision qui se voulait protectrice des données personnelles des usagers. Enfin, le bannissement de la technologie Huawei des réseaux télécoms des Américains à travers un décret présidentiel du mois de mai dernier. Ce dernier stipule, en effet, l’interdiction :

D'acquisition ou d'utilisation […] de technologies ou de services d'information et de communication conçus, développés, fabriqués ou fournis par des personnes appartenant à des adversaires étrangers.

Des mesures gouvernementales à tendance « liberticide »

Pour Erwan Le Noan, consultant en stratégie et associé chez Altermind, une autre menace vient tout récemment d’une fragmentation réglementaire. Le fait est que les États se veulent être les principaux régulateurs de l’usage d’Internet par leurs citoyens. À savoir, les réglementations en vigueur y afférentes diffèrent de plus en plus d’une zone géographique à une autre.

Mais dans tous les cas, la finalité est la même : la libre circulation des informations se retrouve limitée. C’est ce dont appréhendent les analystes français vis-à-vis de la loi Avia. Pour rappel, il s’agit de mesures proposées en faveur de la lutte contre les contenus web à caractère haineux. Celles-ci donnent alors droit aux sites et plateformes en ligne de supprimer tout bonnement un discours s’y apparentant, et ce, sans recourir à aucune voie judiciaire.

Si cette manœuvre à tendance « liberticide » suscite des questionnements, c’est que nul ne garantit que le même droit soit appliqué ultérieurement, de manière expéditive, par d'éventuels dictateurs qui veulent censurer les contenus qui iront à l’encontre de leur conviction.

Archives

Pourquoi payer plus cher ?
Quelles offres souhaitez-vous comparer ?
Electricité Gaz Internet
Je compare
Je compare les tarifs